Kabukicho, Dominique Sylvain (Viviane Hamy)

chronique kabukicho dominique sylvain polar viviane hamy banner

Kabukicho est un quartier de Shinjuku, à la périphérie de Tokyo. Le jour, les touristes découvrent ce quartier éclectique et incontournable. La nuit, les salariés vont s’y détendre, échangeant des promesses avec des hôtes particulièrement recherchés.

Un Japon tumultueux

Dans la cacophonie de Kabukicho, Yudai est l’hôte le plus prisé. Il dirige le Café château et essaie d’échapper aux Yakusa – la pègre japonaise – à qui il doit beaucoup d’argent, comme tous les propriétaires au Kabukicho. Les temps sont durs et les clients ne viennent plus aussi souvent qu’ils ne le faisaient. Ils ne viennent plus au Café château pour boire et fleureter finement avec des hôtes, alors que c’est l’endroit le plus affectionné de Kabukicho.

Son amitié avec Kate permet à Yudai de s’aérer. Seule, Kate, arrive à le comprendre. Kate Sanders est une anglaise, une étrangère qui s’est bizarrement adaptée au Japon et à ses coutumes. Elle est devenue une icône, la meilleure hôtesse du Club Gaïa. Alors quand Kate ne se présente pas au rendez-vous de Yudai, il se demande ce qui a bien pu l’empêcher de venir… Mais le temps qu’il pose la question au Club Gaïa, la colocataire de Kate, Marie – une française –, a déjà prévenu la police et son père de sa disparition.

chronique kabukicho dominique sylvain polar viviane hamy

Un Japon persistant

Dominique Sylvain est une fine connaisseuse du Japon puisqu’elle y a vécu une dizaine d’années. Le nom de l’auteure ne vous est pas inconnu : normal, direz-vous, elle a reçu le Grand prix des lectrices de Elle, et quelques autres en plus. Sa plume ne cesse d’évoluer car l’auteure ne souhaite pas rester figée dans un style et s’essaie à des manipulations du genre en transgressant les codes. A contrario, Dominique Sylvain adore jouer au jeu de la rencontre des lecteurs afin d’échanger avec eux et pourquoi pas découvrir, elle-même, de nouvelles lectures.

Les éditions Viviane Hamy existent depuis seulement 26 ans et ont déjà vécu de nombreux tumultes. Grâce à sa jeunesse et à sa détermination, elles ont pu renaître et devenir une référence indépendante dans la littérature française La sobriété de la couverture et de la mise en page mettent, encore une fois, en avant ce renouveau, cette libération des surplus non nécessaires. Cette petite maison d’édition évolue en pensant à ces auteurs, à ces lecteurs puis à son développement. Les éditions Viviane Hamy demeurent humaines et familiales.

Publicités

2 réflexions sur “Kabukicho, Dominique Sylvain (Viviane Hamy)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s