Ashley Loyd, Matthieu Ehlacoumo

chronique Ashley Loyd Matthieu Ehlacoumo harcèlement littérature service presseMatthieu Ehlacoumo vous parle d’harcèlements, de violences et de scolarité. Ces sujets très importants dont tout le monde espère pouvoir passer à côté.

A Vancouver, Ashley est malmenée dans son école. Sa mère est au courant que ça ne passe pas bien alors elle réagit et décide de partir pour la Californie. Elle veut tenter un nouveau départ pour sa fille, pour que tout aille mieux. A leurs arrivées, Ashley réussit son intégration lors de la soirée. Une semaine plus tard, lors d’un anniversaire, elle se rapproche de Tom. Ils passent le lendemain après-midi ensemble dans le parc, puis ils rentrent chez lui et couchent ensemble.

Tout aurait pu être aussi beau et aussi simple. Même si Tom l’aurait jeté après cet après-midi-là, ça aurait un choc mais elle aurait pu s’en sortir. Non. Tom a menti. Tom était toujours avec sa petite-amie Lena. La rage de l’adolescente, ayant appris l’aventure de son petit-ami, s’est dirigé tout droit vers Ashley, la frappant avec d’autres élèves sous le regard froid et impartial de Tom. Ce n’est pourtant que la première mésaventure de Californie qui va conduire Ashley à l’hôpital psychiatrique dans un état très inquiétant.

Matthieu Ehlacoumo n’en est pas à son premier essai. Il a déjà publié quatre autres romans : Voyage entre Cieux et Enfers I et II, Luke Alssama et The enfithing. Son livre est court et dense, juste comme il faut. L’auteur démontre à quel point chaque acte, chaque décision que chacun prend peut mener à une tragédie, alors qu’il suffit souvent de quelques mots pour arrêter tout ce système. Le harcèlement fait des victimes tous les jours, alors faites que cela cesse.

Restez connecté

Harcèlement : Tel : 3020 / Lien
Violences : Tel : 3919 / Lien
Harcèlement scolaire : Tel : 2734 / Lien

Publicités

Reviviscences, Maxime Morin (Underground)

chronique Reviviscences Maxime Morin Anthony Lipari Underground littérature service presse

Vous êtes une personne âgée et vous sentez votre heure arrivée. A quoi pensez-vous ?

Votre fin de vie approche, vous le savez même si votre famille pense le contraire. Vous vous remémorez chaque instant marquant de votre vie. Tout d’abord vous pensez au moment très inadéquat où vos parents vous ont montré l’endroit où ils pensent vous avoir conçu, après que vous les ayez interrogés sur le concept de l’amour. Vous avez seulement quelques années, à peine l’âge d’une enfant.

Mais revenons d’abord à votre naissance. Votre mère a été tout simplement ravie d’être enceinte et d’apprendre la nouvelle à votre père alors qu’il venait de se rendre au front pour la guerre (qui ne fait que commencer). Et puis votre existence met un point en évidence dont vos parents n’ont pas vraiment parlé : avoir des enfants. Votre père se voit très bien sans, votre mère tout le contraire. Arrivée au milieu de ce conflit, sans le savoir, vous préférez vous taire. Un médecin vous ramène à la vie et vous fait découvrir ce monde brut. Les années vont vous façonner, à force de caractère et à coup d’entente avec les personnes du quartier.

L’esprit même de ce livre est dans l’air du temps, de notre époque et de noël. Je vous recommande de le lire en famille, avec vos grands-parents, parents auprès de la cheminée avec le plaid et le chocolat chaud (ou le vin) comme si vous dérouliez les (vieux) albums de photos de famille où l’on partage le moment, l’histoire de la photo avec les personnes présentes.

Maxime Morin vous emporte découvrir les reviviscences d’une femme, des moments importants de sa vie jusqu’au « jugement dernier ». L’histoire imaginée de Maxime Morin est accompagnée de superbes photographies d’Anthony Lipari. Ces deux acolytes ont ainsi pu sceller leur amitié dans ce roman illustré en compagnie des éditions Underground. (Petit aparté : Même le format du livre vous fait penser à un album de photographies.) Arrêtez de résister et venez-vous réchauffer avec Maxime Morin, Anthony Lipari et les éditions Underground.

 

La vie a parfois un goût de ristretto, Laurence Vivarès (Eyrolles)

chronique La vie a parfois un goût de ristretto Laurence Vivarès Eyrolles babelio littératureLe cœur de Lucie est brisé. Grâce à Venise, Angelo, une aveugle et son assistant Tristan, il tente de se reconstruire.

Lucie est partie pour un long weekend à Venise. Elle souhaite retourner sur les traces de l’endroit où elle a perdu l’amour, le lieu qui a changé sa relation avec son petit-ami, Laurent. Laurent est un médecin, chirurgien plastique, qui a une clientèle féminine à laquelle il modifie le tour de poitrine ou le nez. Sa verbe lui permet d’élargir sa clientèle à chaque instant. Lucie était tombée sous son charme, sans être passé sous son bistouri.

Laurent, lui, n’était pas totalement tombé sous son charme. Il avait profité de quelques instants avec Lucie, puis s’était éloigné. Aujourd’hui, Lucie souhaite reprendre la vie et oublier Laurent. Son weekend à Venise va lui permettre d’oublier. Elle souhaite retracer leur parcours qu’ils avaient fait ensemble et comprendre où leur situation avait changé dans ce voyage. Et puis, sur un pont, alors que Lucie se balade, repensant à son idylle par mélancolie, un homme l’interrompt dans ses pensées.

Lucie va-t-elle reprendre goût à la vie ? Au train-train quotidien ? Se construire de nouvelles habitudes ? Accepter de renouer avec les hommes suite à son dernier échec amoureux ? Venise, la ville des amours, va-t-elle réussir à la revigorer, à lui donner le nouvel élan dont elle a besoin pour évoluer dans sa nouvelle vie ?

Laurence Vivarès est une publicitaire qui s’adonne à l’écriture depuis de nombreuses années. Elle participe depuis longtemps à un club d’écriture afin de puiser les ondes positives. Un début lent puis le café prend vie en la personne d’Angelo. Cet homme architecte apporte tout l’humanisme dont a besoin Lucie, et le roman. Le personnage de Lucie semble être la projection de l’auteure : extrêmement présente dans son métier, tout à la recherche d’inspiration, d’idées nouvelles et cachée derrière ces modèles, ces lignes et ces couleurs.

Eve, Le prof de l’être (IS Edition)

chronique Eve Le prof de l’être IS Edition service presse simplement littérature polar banner

A base de fiction policière et de réflexion sur la célébrité, le prof de l’être vous interroge sur vos propres sentiments.

Eve, l’intelligence

Eve était une jeune fille très intelligente, et plus mature que les enfants de son âge. Elle n’était pas juste bonne dans quelques matières au collège, mais dans toutes, et avec un caractère bien ancrée en elle. Si les autres élèves venaient l’embêter, elle les envoyait paître de la manière la plus indélicate possible.

Daniel Merton est un professeur de lettres au collège. Il a bien conscience qu’il n’est qu’un prof de province parmi tant d’autres, mais il espère toujours pouvoir marquer sa célébrité pour la postérité. Il pense l’avoir trouvé avec Eve. Lui qui connaît sa famille depuis si longtemps. Lors des cours, il encourage Eve à lire ces rédactions pour les partager avec les autres. A l’extérieur, il engage plusieurs débats avec elle afin d’améliorer sa plume pour l’avenir. Il va même jusqu’à l’inscrire dans un prix littéraire.

Pourtant, tout ceci n’est plus que passé. Car aujourd’hui marque le jour où la gendarmerie s’est introduit dans l’établissement afin de s’entretenir avec le principal et annoncer le décès d’Eve, disparue depuis plusieurs jours. Daniel Merton ne peut pas laisser faire. Il a besoin de savoir : comment ? Pourquoi ? Qui ? Surtout, qui a pu oser t’assassiner ? La liste des suspects semble bien courte vu les circonstances. Eve a été assassinée comme son héroïne dans le livre qu’elle est en train d’écrire.

chronique Eve Le prof de l’être IS Edition service presse simplement littérature polar

Eve, la maturité

Le prof de l’être a pris ses fonctions sur les réseaux sociaux depuis 2015. Il exerce, avec dérision, et communique avec des traits d’humour les diverses aventures et mésaventures du métier de professeur, et aussi de ces élèves, mais le plus souvent il s’agit de lui-même.

IS Edition est une maison d’édition familiale marseillaise qui mérite d’être connue. Je pense que ce roman aurait eu sa place dans la rentrée littérature, mais il est vrai que se faire sa place parmi plus 500 livres et les groupes de maisons d’éditions n’auraient pas été facile. D’autant plus que la question de la nécessité se pose également. Il y a un point dont j’ai des difficultés à comprendre : pourquoi est-ce que la gendarmerie informe le collège qu’Eve a fugué et est décédée alors qu’elle n’est plus élève dans l’établissement ? Je comprends que Daniel soit mis au courant, du fait de ces liens avec la famille, mais pas le collège. C’est le seul point qui me gêne et qui n’a pas d’incidences sur le roman en lui-même. La plume du prof de l’être est littéraire et pleine de passions. Le roman est assez court (il fait moins de 120 pages), mais tous les moments sont envoûtants et émouvants, c’est ce qui vous donnera à la fois envie d’avancer et de prendre votre temps dans votre lecture.

L’utopie des fous, Anthony Boucard (IS Edition)

chronique L’utopie des fous Anthony Boucard IS Edition service presse simplement littérature banner

Auprès de Tours, un foyer de personnes en difficulté est ouvert depuis de nombreuses années. Ces personnes ont tissés des liens entre eux qui semblent indestructibles, et pourtant…

Le foyer

Marius est un homme âgé de soixante-quinze ans. Il se souvient vivre au foyer depuis plus de 45 ans maintenant, mais rien n’a vraiment changé ici. Sa jambe le perturbe de temps à autre, mais rien de méchant, il continue à se déplacer seul et sans canne. Sa fierté n’en est que plus importante. Chaque jour, il rejoint sa camarade de toujours – Jeanne – et se promène avec elle dans le parc pour vivre leur amour de plusieurs décennies. Marius se doit de réexpliquer tous les jours à Jeanne leurs liens, elle qui perd la mémoire toutes les vingt minutes, alors qu’ils se connaissent depuis la seconde guerre mondiale.

Angèle est infirmière au foyer depuis plus de 35 années. Elle a toujours connu les deux acolytes ensemble, eux deux et les autres patients dont la folie et la vieillesse dépendent de chacun. Sa vie, elle préfère la vivre dans ces murs que n’importe où ailleurs : Angèle demeure avec son mari qu’elle n’aime pas. L’infirmière apprend l’information que le cancer de Jeanne s’est généralisé et qu’il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre tout au plus. La réunion avec ces collègues à ce propos ne s’oriente pas vers l’humanité, mais comment faire en sorte Jeanne prenne son nouveau traitement plus lourd sans qu’elle ne s’en rende compte et que ses camarades du foyer ne s’en aperçoivent jamais. Après tant d’années, Angèle craque face à cette dérision et au détour d’une conversation dont le sujet interdit avec Marius, lui fournit une paire de ciseaux.

chronique L’utopie des fous Anthony Boucard IS Edition service presse simplement littérature

Le directeur

Après plus de dix ans en tant qu’éducateur, Anthony Boucard a tenté le coup et est devenu artisan depuis maintenant plus de treize années. Toutefois, il reste inspiré par l’assistance familiale où il a repris une mission. L’utopie des fous est son second roman, son premier est L’associé du chaos chez les éditions Astria.

Au départ, je dois avouer que je n’étais pas très inspirée par le sujet et puis, je me suis dit que la maison d’édition IS me laisse toujours le choix. Il faut parfois savoir se laisser tenter avec des lectures que l’on ne prendrait pas, plus par habitudes que par intérêts. L’écriture est très fluide, facile à lire et très impactant d’un point de vue sentimental. La plume d’Anthony Boucard est comme une poésie lyrique qui vous serait énoncée par le conteur de la ville.

La saga des sabots de Vénus Tome 1 – La conquête, Bernard Nilles (Librinova)

chronique La saga des sabots de Vénus Tome 1 La conquête Bernard Nilles Librinova littérature banner

A son adolescence, Julien s’apprête à découvrir le sexe opposé et l’esprit féminin. Quelques années plus tard, Julien est marié à Sabine aussi ouverte que lui.

Vénus

Platon voyait la vie comme un état perpétuel avec différentes étapes. La vie était inoculée par la terre. La mort des uns construisait la régénérescence et permettait la naissance. Les étreintes entre personnes n’étaient que pour le plaisir de chacun, y compris entre personnes du même sexe. Epicure, quant à elle, prône la satisfaction avant tout, qu’elle soit en terme de sexualité ou non. Le but est de se faire plaisir à chaque fois que cela est possible, et avant que cela ne soit plus possible.

Armand n’a de cesse de réaliser sa vie (professionnelle et personnelle) en réussissant à décrocher des contrats ou en parvenant à conquérir une personne de la gente féminine pour une soirée. Julien, son meilleur ami, lui fait alors prendre conscience qu’il ressent du plaisir uniquement lorsqu’il est en chasse (après un contrat ou une femme) du fait de l’action en cours et non, lorsqu’il a réussi puisqu’il n’agit plus. Julien et Sabine est un couple envié de leurs amis. Leur liberté d’esprit leur permet de dissocier leur amour de leur sexualité, ce qui continue de les rendre joie même après vingt ans ensemble. Comment Julien a-t-il réussi à construire cette relation dans la société élitiste où nous vivons ?

chronique La saga des sabots de Vénus Tome 1 La conquête Bernard Nilles Librinova littérature

Les sabots

Bernard Nilles a fait des études en ingénierie et terminera directeur de cabinet en conseils. L’auteur n’en est pas à sa première publication. Vous pourrez le retrouver chez Books On Demand avec En plongeant dasn l’univers de ma mémoire ou Un risque mortel, mais aussi chez Edilivre avec Le labyrinthe.

Je suis quasi certaine que vous avez déjà rencontré le service Librinova. Il permet aux autoéditeurs la possibilité d’une publication. Ce roman, ou essai philosophique, est voluptueux, original et à contre-courant de notre société. C’est pourquoi, si vous souhaitez l’aborder, il faut avant tout que vous vous posez en tant que personne ouverte d’esprit et prête à revoir la conception de l’amour et les relations. Ce roman vous mènera inévitablement à revoir vos relations passées et actuelles, voire future.

Pique-nique Babelio 2018

Lifestyle life livre Babelio pique-nique 2018 Arrivée

Ce weekend avait lieu le pique-nique annuel de Babelio, et je peux vous dire qu’il y avait beaucoup (mais alors beaucoup) de monde.

Le pique-nique, c’est le moment de partager, d’échanger et de construire de nouvelles relations. On parle nourriture et livres : le genre, l’édition, les auteurs préférés, etc.

Babelio organise deux sessions de quiz sur les livres et la culture générale (concernant les livres). C’est l’occasion de vous démarquer, de faire équipe (avec des personnes que vous ne connaissez peut être pas) et de gagner des goodies si vous remportez le quiz.

Babelio nous permet d’apporter votre livre préféré et d’y ajouter un petit mot. Je ne sais plus le livre que j’ai emballé. J’ai obtenu le livre : Sibir : Moscou – Vladivostok par Danièle Sallenave. Je ne connais pas du tout et je verrais ce que cela donnera.

Lifestyle life livre Babelio pique-nique 2018 sibir

Le pique-nique de Babelio, c’est aussi pour accéder à la rentrée littéraire : La générosité de la sirène par Denis Johnson chez Christian Bourgeois. Je ne sais pas s’il s’agit de la couverture définitive. Je dois dire que je ne connais pas cette maison d’édition mais j’ai hâte de découvrir.

Lifestyle life livre Babelio pique-nique 2018 la générosité de la sirène