#BookclubPKJ A la rencontre de Kelley York et Pauline Mardoc

Pauline, la directrice de collection chez Pocket Jeunesse pour les 15 ans et plus, a tenu à nous présenter l’une de ses auteures fétiches : Kelley York, après son propre coup de cœur livresque, lors d’une rencontre bookclub.

Le #bookclubPKJ, c’est quoi ?

La maison d’édition Pocket Jeunesse organise un bookclub (club de lecture) tous les quatre mois afin de nous faire découvrir leur coup de cœur dans leurs bibliothèques.

Life Lifestyle bookclub rencontre Kelley York Pauline Mardoc logo bookclubPKJ

Du coup, toute une équipe débarque et vous fait passer un super bon moment accompagnés d’une trentaine d’autres lecteurs / bloggeurs (ça nous permet de mettre des têtes en face des comptes Twitter / Instagram / Facebook et compagnies) de mini-cupcakes.

Life Lifestyle bookclub bookclubPKJ rencontre Kelley York Pauline Mardoc mini cupcake PKJ pocket jeunesse

Le #bookclubPKJ, tout en surprises

La première surprise est un lieu absolument exceptionnel, qui dégage les ondes positives et où nous aimerions bien s’y installer (pour lire ou pour travailler en mode co-working).

Life Lifestyle bookclub bookclubPKJ rencontre Kelley York Pauline Mardoc mur citation la compagnie

Deux superbes annonces surprises. Pauline nous a fait l’honneur de nous faire savoir que le Prix des incorruptibles de cette année est pour Aristote et Dante. Kelley York s’est exprimée dans une vidéo et nous a déclaré que son roman Other breakable things sera publié en français, dans le catalogue PKJ 2018.

Life Lifestyle bookclub bookclubPKJ rencontre Kelley York Pauline Mardoc directrice de collection pocket jeunesse

L’une des surprises a malheureusement été abrogée (pour raison personnelle) : la présence de la traductrice, Laurence Richard. En tout cas, son magnifique travail a été salué par tous les lecteurs (oui, « lecteurs », il y avait un homme) présents.

La rencontre du dernier espoir, c’est aussi une playlist du tonnerre. Alors Marie (la super community manager, capable de vous demander de sortir si vous n’avez pas lu son coup de cœur de tous les temps mais qui ne mord pas) nous a concocté un blindtest. On s’est bien marré sur notre… heu… non-culture.

La dernière surprise (et non des moindres) est de repartir avec l’annonce du prochain #bookclubPKJ et le premier chapitre de Heartless par Marissa Meyer. A priori, la publication est prévue pour octobre.

Life Lifestyle bookclubPKJ rencontre Kelley York Pauline Mardoc prochain bookclub marissa meyer heartless chroniques lunaires

Oh, une dernière. Quelques artistes licornes étaient rassemblées à notre table. Voici ce que ça donne ! On est douées, n’est-ce pas ?

Life Lifestyle bookclub bookclubPKJ rencontre Kelley York Pauline Mardoc dessin art cooperation

Le savoir-vivre de la Parisienne… ou pas !, Laurence Caracalla (Grasset)

chronique le savoir-vivre de la parisienne ou pas Laurence Caracalla Grasset documentaire banner

Que vous soyez Parisienne de longue date, que vous allez le devenir, et même si vous le deviendrez jamais, ce guide est fait pour vous ! Pour rire et vous détendre (dans ces bouchons interminables).

Le savoir-vivre

Si vous ne le savez pas encore, la Parisienne n’a pas besoin d’être née à Paris pour être Parisienne. D’ailleurs, elle ne l’est souvent pas. Et oui, Parisienne avec une majuscule parce que personne ne va l’oublier sur son passage. Tout le monde sait la reconnaître à des kilomètres à la ronde, surtout quand elle « accepte » de passer le périphérique, mais comment agit-elle réellement dans son habitat naturel ?

La Parisienne connaît son quartier, les bons endroits où se montrer, où ne pas être vue mais ne vous fera jamais le plaisir de vous donner ces bonnes adresses. Des sentiments contradictoires accompagnent souvent la Parisienne. L’humour, par exemple, elle sait autant rire d’elle-même que des autres. Ou encore arrogante, vous n’existez pas, à ses yeux, si vous n’avez pas un sac-à-mains signé. Les écrivains, les scénaristes, même les acteurs (pensez à Scarlett Johansson) savent que la Parisienne est à part et qu’il ne faut pas la considérer comme le reste des Français.

chronique le savoir-vivre de la parisienne ou pas Laurence Caracalla Grasset documentaire

La Parisienne

Laurence Caracalla décrypte la Parisienne dans tous les lieux, dans tous les moments de sa vie et sous toute la météorologie. L’autrice n’en est pas à son premier guide de savoir-vivre, ce qui en fait une référente pour connaître les us et coutumes des bonnes manières. Laurence sait de quoi elle parle puisqu’elle est née et vit à Paris. Alors elle peut se permettre d’analyser, de critiquer et de se moquer de cette Parisienne, en qui chaque femme de la capitale se reconnaîtra (au moins en partie).

Les éditions Grasset transmettent un art de vivre avec ce petit guide. La maison d’édition voit grand et c’est on-ne-peut-plus plaisant. La mise en page est extrêmement travaillée de la couverture à la quatrième, en passant par les rabats contenant des quizz, et le contenu avec des dessins et un style humoristique mais juste. Les illustrations d’Aélie Molins ravissent les propos de l’autrice. Entre aquarelle et dessins colorés, la dessinatrice attire le regard autant qu’une Parisienne en stilettos un jour de pluie.

Les compagnons de l’arc en ciel, E. R. Link

chronique Les compagnons de l'arc en ciel E. R. Link fantasy banner

Nocte est une adolescente, sachant manier l’épée comme personne. Elle déroge aux ordres de son père et de son roi pour affronter son pire ennemi lors du tournoi des quatre saisons.

Un pont

Des années plus tard, Nocte est devenue la Reine de la Nuit. Elle domine la Terre Noire, avec son époux le Prince du Crépuscule. Elle craint pour la vie de son mari, mais aussi pour sa fille, Stella, seulement âgée de neuf siècles. Son ennemi de toujours, Lucius, le Seigneur du Jour, a envahi ses terres et est sur le point de la défaire. La mort (le meurtre plutôt) de son père est resté dans sa mémoire. Nocte n’a pas besoin de le voir se reproduire avec son mari et son enfant.

La Reine de la nuit prend le taureau par les cornes et décide de partir négocier avec son ennemi. Après tout, le Seigneur du Jour n’a pas pu oublier leur affrontement dix siècles plus tôt. De plus, Lucius a également une famille : Aurore, sa femme et fée de l’Aube, et Horizon, leur fils. Lui aussi doit rêver de clôturer cette guerre bien trop longue, qui dure depuis la naissance de leurs enfants. Une alliance doit sortir de cette rencontre, mais cela suffira-t-il à créer la paix après toutes ces années de combat ?

chronique Les compagnons de l'arc en ciel E. R. Link fantasy

Un arc-en-ciel

E. R. Link remporte son pseudonyme grâce à ses lecteurs, qu’elle chérit. Tous les univers l’intriguent. Elle s’essaye partout ce qui lui permet de s’évader. Le découpage de l’univers, très réfléchi, permet de mesurer l’implication de l’auteur. Le début de l’aventure peut paraître compliqué et rapide, mais il faut s’accrocher. Les explications viennent par la suite avec bien plus de profondeur et de détails. E. R. Link accompagne le lecteur dans chacune des pensées qu’il aura car elle sait exactement ce qu’elle souhaite faire.

L’objet livre est extrêmement travaillé. L’auteure est aussi dessinatrice, une artiste en somme. Ces effigies ravissent le roman, et ont de quoi faire pâlir les dessinateurs fantastiques. L’intégration des dessins dans le roman, idéale pour la lecture, complète l’univers sans gêner le lecteur habitué à enchaîner les pages. Ma lecture numérique a été agréable mais je pense que la lecture papier doit être ravissante.

John Fade – L’affaire Johan Jones, Grégory Bryon

chronique John Fade L’affaire Johan Jones Grégory Bryon Simplement science fiction banner

Vous êtes arrivé en l’an 2260. Une révolution a eu lieu 30 années plus tôt, à faire pâlir Donald Trump. Le monde change-t-il vraiment année après année, décennie après décennie… ?

Une affaire d’androïdes ?

Projeté en 2260, les androïdes sont n’importe où, effectuant les tâches les plus ingrates que l’homme ne veut plus faire sous mesure de pénibilité et de bien-être. Les androïdes s’approchent des humains, mais n’en seront jamais grâce à la révolution de l’année 2230. Cette puissance de technologie ne peut ressentir les émotions, avoir un visage à part entière ou encore réagir avec des intonations. Il pourra toutefois détecter vos sentiments et vous proposer, si besoin, une boisson énergisante ou apaisante.

John Fade, humain à part entière, aimerait vivre pendant le 20e ou le 21e siècle. Accro au bourbon et au bacon, il souhaiterait que toutes ces machines cessent de lui rappeler son état de santé alertant. Détective à ses temps perdus, depuis qu’il a quitté la Police, John doit retrouver Virgil Pepper. Ce dernier a disparu quatre jours plus tôt, selon les dires de sa femme, Julie. Seulement, lorsque John commence les recherches, il n’explique pas le fait que Virgil n’est pas marié selon l’état civil, ni l’existence de Julie.

chronique John Fade L’affaire Johan Jones Grégory Bryon Simplement science fiction

Une affaire culturelle ?

Grégory Bryon n’est pas encore quarantenaire, et pourtant il révolutionne les codes. Après avoir claqué la porte au monde informatique, il utilise maintenant son ordinateur pour vous concocter des histoires hybrides. Son passé d’informaticien et ses passions (tels les moutons électriques de Dick) lui permettent de puiser dans son savoir pour enrichir ses textes.

Courte nouvelle, polar et science-fiction. Ces genres n’ont pas l’air de pouvoir se mélanger, et pourtant l’auteur y réussit très bien. Certes le cliché du détective alcoolique à la bouteille de bourbon dans son tiroir arrive rapidement mais, laissez-lui une chance pour vous emmener dans son univers qui s’installe deux pages plus loin. Les amateurs pourront reconnaître quelques références de science-fiction (notamment 6e sens), et les autres en découvrir de nouvelles. Alors prenez vous une heure (ou deux) pour vous échapper du 21e siècle !

Chamans, Jean-Pierre Moya (Underground)

chronique chamans jean pierre moya underground fantasy banner

Vous êtes lié à votre âme, mais votre âme n’est pas immortelle. Lorsque vous rêvez, cauchemardez, vous la transportez avec vous et elle risque de se faire tuer.

Sept mondes

Lorsque votre corps se repose, votre cerveau continue de travailler. Il en est de même pour votre âme. Votre âme vous accompagne absolument partout, vous collant à la peau. Toutefois, elle se décroche de vous quand vous vous mettez à rêver. Les rêves sont d’une puissance inimaginable. Ils peuvent vous apporter les réponses à vos questions, ou vous offrir des moments uniques. Ils peuvent aussi vous donner des cauchemars. Des bêtes, des monstres s’attaquent alors à votre âme. A vous de reprendre conscience rapidement avant qu’ils ne réussissent à vous avoir, à vous enlever votre âme, à vous tuer. Ces monstres en veulent à l’Humanité et ne cessent d’attaquer ces derniers temps.

Lors de ces voyages, vous vous retrouvez dans les mondes oniriques. En traversant l’ensemble de ces mondes, vous pourrez découvrir ce que signifie la grandeur d’âme. Le monde matériel et les mondes spirituelles sont autant impactés les uns que les autres. Au nombre de sept, chaque monde est dirigé par un chaman. Leur puissance leur permet d’avoir l’entier contrôle de leur monde. Des alliances devront se mettre en place afin de stopper l’envahissement de l’Humanité.

chronique chamans jean pierre moya underground fantasy

Un monde matériel

Normand de naissance, Jean-Pierre Moya s’investit dans les sciences pour essayer davantage de comprendre ce monde qui nous entoure. L’auteur cherche toujours à comprendre les limites du mystère. Il travaille d’abord dans la mécanique, l’électronique puis se dirige vers le monde créatif de l’ébénisterie, la photographie. Il part vers le soleil, en Guadeloupe, pour écrire tout ce qu’il a assemblé depuis son enfance après ses propres mondes oniriques.

Les éditions Underground ont de nouveau construit un magnifique livre. Les détails sont travaillés et Malric peut rester avec les loups pour continuer ces peintures tant que son réseau lui permet de nous envoyer ses arts. Mélange des cultures et des idéaux, la couverture – rien qu’à elle seule – montre bien la professionnalisation de la maison d’édition.

Le livre dont vous êtes la victime, Malo de Braquilanges

chronique le livre dont vous etes la victime malo de braquilanges polar banner

Vous avez du mal à ouvrir les yeux, à voir quoi que ce soit. Vous êtes enfermé(e), dans le noir et votre mémoire est incapable de vous aider.

La victime, c’est vous

Vous tentez de maintenir vos yeux ouverts, de voir quelque chose, n’importe quoi qui vous permettrait de vous rappeler de quoi que ce soit. Rien. Il fait absolument noir dans cette pièce. Alors vous décidez de vous déplacer, pour décrire un bouton pour allumer la lumière ou pour sortir. Mais ce n’est pas le cas.

Votre corps ne répond plus comme il le devrait. Vous n’arrivez plus à établir des mouvements cohérents pendant quelques secondes avant de retrouver votre motricité. Puis vous comprenez, vous avez été droguée. Cette drogue vous a affaiblit physiquement, et elle vous a pris votre mémoire. Un homme, habillé de son costume trois pièces, vous apprend sa présence et semble prêt à jouer avec vous.

chronique le livre dont vous etes la victime malo de braquilanges polar

Le coupable, c’est lui

Malo de Braquilanges, jeune auteur et étudiant, commence son premier roman en vous saisissant de peur et d’effroi. Son thriller vous marque et vous hante jusqu’à la fin. Vous ne pourrez vous empêcher de continuer à le lire, à avancer jusqu’au dénouement afin de vous extraire de cette affaire. L’objectif de l’auteur est d’impliquer le lecteur dans son roman, en le désignant comme la victime. Vous devenez ainsi son pantin et il en fait ce qu’il veut.

Un léger bémol se dévoile par quelques manques de formulation pour rendre le récit plus littéraire, plus vaporeux afin d’attacher le lecteur. Vous pourrez vite le pardonner à Malo de Braquilanges car son premier roman va envahir votre vie quelques temps. Les personnages sont amenés sensiblement. Vous avez le temps de prendre contact avec eux, avant de vous familiariser pour vous les approprier et de les mener (ou malmener) comme bon vous semble. Un thriller personnel et exaltant.

#Read24h : readathon à la vie, à la mort

read24h readathon a la vie a la mort banner

Le dernier #Read24h s’est déroulé du 13 au 14 mai. Je reviens avec vous sur cet événement, où j’ai réussi pour la première fois à rester éveillée pendant ces 24 heures.

#Read24h : à la vie

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas le #Read24h, il s’agit d’un défi personnel de lecture. A votre choix, vous pouvez lire une heure, deux… ou vingt-quatre heures, comme bon vous semble. Le but est de vous faire plaisir (et de réussir à gérer vos vies par la même occasion). Le défi a lieu quatre fois dans l’année et est prévu par ici. Pour ce #Read24h, quelques personnes du Mexique, du Brésil et de l’Australie se sont jointes, en nous envoyant leurs lectures ensoleillées.

#Read24h : à la mort

Cette fois-ci, j’ai beaucoup plus préparé ce #Read24h. Je savais ce que j’allais lire (Eden). Il fallait absolument que je le termine parce que je devais le chroniquer pour mercredi (dernier). J’avais un peu la pression mais je me suis rappelée un point essentiel de ce défi : le plus important est de se faire plaisir. Si le plaisir de la lecture n’est pas là, alors ce n’est pas la peine (et ça vaut pour tout en fait).

read24h eden antoine delouhans books on demand

J’ai pas mal avancé dans ma lecture, vous partageant mes motivations et mon avancement. N’hésitez pas à le faire en public d’ailleurs, parce que j’avoue que j’ai tendance à me déconnecter des réseaux pendant mes moments de lectures. Encore une fois, ce n’est pas parce que vous lisez tel genre, ou lisez très peu qu’il faut vous bloquer. Les personnes qui vous disent que c’est nul n’ont rien à faire dans votre liste d’amis. Faites ce que vous, vous avez envie de faire !

Après plusieurs heures de lectures, je suis allée me ressourcer auprès de mes amis pour boire un verre. Je suis rentrée tranquille, je voulais juste les voir et souffler une heure ou deux avant de continuer ma lecture. Et ça a vraiment été rafraîchissant. Je me suis enfilée quelques pages du service presse et puis j’ai eu besoin de le digérer un peu. J’ai relu le premier tome de La quête d’Ewilan. Margaud a dû m’influencer en parlant de Bottero dernièrement. Après le lever du jour, je suis retournée à Eden jusqu’à la fin (ou presque du livre et) du challenge.

read24h la quete d ewilan d un monde a l autre pierre bottero rageot

Ce défi est extrêmement enrichissant et fatiguant. Il faut être réaliste : rester éveillé pendant 24 heures pour lire n’est pas facile et faisable par tout le monde. Lorsque vous ressortez de ce défi, vous êtes positif et prêt à tout réalisé, dès que vous aurez engrangé quelques heures de sommeil.