Ashley Loyd, Matthieu Ehlacoumo

chronique Ashley Loyd Matthieu Ehlacoumo harcèlement littérature service presseMatthieu Ehlacoumo vous parle d’harcèlements, de violences et de scolarité. Ces sujets très importants dont tout le monde espère pouvoir passer à côté.

A Vancouver, Ashley est malmenée dans son école. Sa mère est au courant que ça ne passe pas bien alors elle réagit et décide de partir pour la Californie. Elle veut tenter un nouveau départ pour sa fille, pour que tout aille mieux. A leurs arrivées, Ashley réussit son intégration lors de la soirée. Une semaine plus tard, lors d’un anniversaire, elle se rapproche de Tom. Ils passent le lendemain après-midi ensemble dans le parc, puis ils rentrent chez lui et couchent ensemble.

Tout aurait pu être aussi beau et aussi simple. Même si Tom l’aurait jeté après cet après-midi-là, ça aurait un choc mais elle aurait pu s’en sortir. Non. Tom a menti. Tom était toujours avec sa petite-amie Lena. La rage de l’adolescente, ayant appris l’aventure de son petit-ami, s’est dirigé tout droit vers Ashley, la frappant avec d’autres élèves sous le regard froid et impartial de Tom. Ce n’est pourtant que la première mésaventure de Californie qui va conduire Ashley à l’hôpital psychiatrique dans un état très inquiétant.

Matthieu Ehlacoumo n’en est pas à son premier essai. Il a déjà publié quatre autres romans : Voyage entre Cieux et Enfers I et II, Luke Alssama et The enfithing. Son livre est court et dense, juste comme il faut. L’auteur démontre à quel point chaque acte, chaque décision que chacun prend peut mener à une tragédie, alors qu’il suffit souvent de quelques mots pour arrêter tout ce système. Le harcèlement fait des victimes tous les jours, alors faites que cela cesse.

Restez connecté

Harcèlement : Tel : 3020 / Lien
Violences : Tel : 3919 / Lien
Harcèlement scolaire : Tel : 2734 / Lien

Publicités

Reviviscences, Maxime Morin (Underground)

chronique Reviviscences Maxime Morin Anthony Lipari Underground littérature service presse

Vous êtes une personne âgée et vous sentez votre heure arrivée. A quoi pensez-vous ?

Votre fin de vie approche, vous le savez même si votre famille pense le contraire. Vous vous remémorez chaque instant marquant de votre vie. Tout d’abord vous pensez au moment très inadéquat où vos parents vous ont montré l’endroit où ils pensent vous avoir conçu, après que vous les ayez interrogés sur le concept de l’amour. Vous avez seulement quelques années, à peine l’âge d’une enfant.

Mais revenons d’abord à votre naissance. Votre mère a été tout simplement ravie d’être enceinte et d’apprendre la nouvelle à votre père alors qu’il venait de se rendre au front pour la guerre (qui ne fait que commencer). Et puis votre existence met un point en évidence dont vos parents n’ont pas vraiment parlé : avoir des enfants. Votre père se voit très bien sans, votre mère tout le contraire. Arrivée au milieu de ce conflit, sans le savoir, vous préférez vous taire. Un médecin vous ramène à la vie et vous fait découvrir ce monde brut. Les années vont vous façonner, à force de caractère et à coup d’entente avec les personnes du quartier.

L’esprit même de ce livre est dans l’air du temps, de notre époque et de noël. Je vous recommande de le lire en famille, avec vos grands-parents, parents auprès de la cheminée avec le plaid et le chocolat chaud (ou le vin) comme si vous dérouliez les (vieux) albums de photos de famille où l’on partage le moment, l’histoire de la photo avec les personnes présentes.

Maxime Morin vous emporte découvrir les reviviscences d’une femme, des moments importants de sa vie jusqu’au « jugement dernier ». L’histoire imaginée de Maxime Morin est accompagnée de superbes photographies d’Anthony Lipari. Ces deux acolytes ont ainsi pu sceller leur amitié dans ce roman illustré en compagnie des éditions Underground. (Petit aparté : Même le format du livre vous fait penser à un album de photographies.) Arrêtez de résister et venez-vous réchauffer avec Maxime Morin, Anthony Lipari et les éditions Underground.

 

Chroniques des secondes heures de Tanglemhor – Tome 1 : L’œuf de Tanglemhor, Azaël Jhelil

Chroniques des secondes heures de Tanglemhor Tome 1 L’œuf de Tanglemhor Azaël Jhelil fantasy fantastique service presse simplementLe vieux prêtre se rend chez le tavernier, comme chaque jour depuis son accident. Il a perdu la vue. Ces collègues lui ont bien fait comprendre qu’il pouvait garder son emploi, mais qu’il n’était plus question qu’il évolue dans l’échelle sociale vers Dieu. Pourtant, aujourd’hui n’est pas un jour comme d’habitude. Aujourd’hui, le vieux prêtre fait un malaise au sein de la taverne. Pire, il est en transe et a vu l’œuf rouge qui appelle à s’ouvrir et répandre le mal partout dans le monde. Le vieux prêtre décide qu’il faut informer le conseil, le plus rapidement possible et avec le plus de témoins de sa transe.

Deux années plus tard, Venlas se rend sur son champ comme chaque jour. La récolte n’a pas encore commencé, mais il sait d’avance qu’elle sera bonne, qu’il pourra en tirer un bon prix, payé son impôt envers le Baron Matthias de Perningast et se nourrir jusqu’à la prochaine récolte. Le Baron avait conscience du travail de ces paysans et n’abusait pas envers eux, mais si qui ce soit volait, il allait vers de grands ennuis. Venlas vit un criquet venir se poser sur son champ et puis au fur et à mesure, ce fut toute une colonie. Venlas a entendu parler d’eux, il sait que son champ est fini et qu’il va être détruit par ces bestioles dont tout le monde a peur.

Après deux nouvelles années de combat, Krûl, le semi-lacertys remporte son combat contre la Déesse, la grande créatrice. Les morts-vivants et les prêtres n’ont pu qu’avancer devant elle, mais pas Krûl. Lui, il a terminé le travail. Alors sa vengeance reconstruit une nouvelle civilisation, où la répression est omniprésente. Toutefois, une personne a réussi l’exploit de s’introduire dans la Citadelle noire et de voler l’un des biens les plus sacrés. Krûl, étonné de cette prouesse, demande à son armée de lui rapporter cette personne vivante.

Azaël Jhelil s’est formé dans le droit, puis à la gendarmerie. Toutefois, l’écrivain préfère contribuer au monde fantastique qu’au monde du polar. Ainsi Sheldon Cooper a trouvé son alter ego en termes de bandes dessinées et du jeu Donjons et Dragons dans le monde réel, ainsi que son antonyme pour son intérêt en psychologie et éthologie. L’auteur s’est déjà projeté dans sa saga : il a actuellement prévu quatre romans et est en train de corriger le deuxième.

Pour vous engager avec ce livre, il faut que vous aimiez la fantasy, le fantastique, les longs romans et que vous ayez une bonne dose d’aventure. J’avoue avoir eu quelques difficultés de compréhension avec le prologue car l’auteur nous projette directement dans l’univers. Mais vous savez comme moi, qu’il vous faut le temps de vous imprégner et vous aurez tout ce temps juste après. Si vous êtes un fan des classiques de la fantasy, alors vous aimerez forcément les écrits d’Azaël Jhelil.

Salon fantastique 2018

Salon fantastique 2018 Paul Blake Tolga Safer Stanislav Yanevski L'armoire geek Star Wars Harry Potter
Pour la 3e année consécutive, je me suis rendue au salon fantastique. Je vous refais le parcours d’un weekend mouvementé !     La meilleure manière de découvrir le salon fantastique est de jouer à la chasse au trésor. Vous vous sentez trop âgé ? Je vous assure qu’elle est d’être simple,et même en échangeant quelques petites informations avec les autres participants, ça reste assez tendu en faisant un seul tour du salon. Pour les cadeaux, ce sont des bonbons, des coloriages des dessins de Mathieu Coudray et un dragon en papier à monter.     La super thématique était les dragons cette année. L’immense tableau réalisé pour cette occasion est magnifique.     Vous noterez aussi les invités exceptionnels qui ont pu venir ces 2 jours : Paul Blake, Tolga Safer et Stanislav Yanevski.     Les 2 sagas ont apportés chacune leur lot de concours de cosplay. Vous aurez évidemment reconnu Star Wars et Harry Potter.    

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le salon fantastique n’est pas seulement un lieu où rencontré des acteurs et faire un concours. C’est aussi et surtout l’endroit où rencontrer des guerriers, des ovnis, de faire le plein d’armes et potions et de vous joindre aux guildes de plateaux.  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

https://youtu.be/RwqTsmxJUGU https://youtu.be/UYR0e_Fpb9Y En plus, des maîtres d’armes sont toujours prêts à vous former sur différents styles, alors montez vos expériences à bloc pour combattre Dark Vador et Voldemort (à moins que vous ne soyez dans le camp ennemi et voulez abattre Luke Skywalker et Harry Potter). Salon Fantastique 2018 la vie a citara Et enfin c’est le lieu de découvrir (ou redécouvrir) des maisons d’édition ou des auteurs auto-édités. Sur ces points,certains addicts du salon ont moins appréciés du fait de leurs fortes présences(c’est le seul point négatif que j’ai entendu). Personnellement, aimant beaucoup les livres (je crois que vous l’avez remarqué avec ce blog), ça ne me pose aucun problème.     Je voulais noter plus particulièrement la présence des éditions Underground et de Chani Brooks (non ils ne m’ont pas payé pour que je le note, j’aime leurs écrits ce que vous aurez remarqué en lisant mon blog, d’où le clin d’œil).    

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le cycle des robots – Les robots, Isaac Asimov (J’ai lu)

chronique Le cycle des robots Les robots Isaac Asimov J’ai lu science fiction fantasy banner

Le docteur Susan Calvin est sur le point de partir à la retraite, mais avant son grand plongeon, elle va faire face à toute sa carrière.

Un retour cyclique

Le docteur Susan Calvin est une véritable experte, dans son domaine de compétence. Susan étudie la psychologie des robots, autrement appelé robot-psychologue. Elle travaille au sein de l’U.S. Robots (United States Robots), la compagnie la plus avancée dans la robotique. L’U.S. Robots gouverne grâce au cerveau positronique qu’ils ont créé. Les robots sont créés uniquement pour réaliser les tâches que les humains ne veulent plus faire, car trop répétitive ou trop dangereuse. Toutefois, ils sont soumis de répondre à trois lois.

Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.

Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la première loi.

Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la première ou la deuxième loi.

Le docteur Susan Calvin se souvient d’un monde où les robots étaient à peine présents, d’un monde où les humains interagissaient ensemble. Bien sûr, les premiers robots sont apparus dans les cirques, auprès des magiciens, sous forme d’automates. Ces mécaniques étaient bien limitées. Mais les « vrais » robots sont apparus plus tard. Le premier a été Robbie. Robbie était un robot muet, utilisé pour servir de nourrice, de garder les enfants et de les occuper en l’absence de leurs parents. Les désagréments ont commencé là, pour se finir cinquante années plus tard.

chronique Le cycle des robots Les robots Isaac Asimov J’ai lu science fiction fantasy

Une avancée temporelle exceptionnelle

Isaac Asimov est un auteur pour lequel on prend le temps de lire. Vous ne le dévorez pas, vous prenez le temps de voir toutes les subtilités, tout le pouvoir des mots, de l’ingénierie imaginée (dans les années 40) et présente actuellement. Quand vous savez que l’on a encore au moins 60 ans d’innovation avant d’atteindre les débuts d’imagination de la science-fiction, vous vous dites qu’Asimov était encore plus en avance sur l’Histoire qu’on peut le penser.

Voilà quinze années que mes amis me disent de m’attaquer à Asimov, j’ai enfin craqué et ils sont ravis. Plus sérieusement, j’ai commencé le roman alors que j’avais encore en tête le film avec Will Smith, alors que je savais pertinemment que c’était une inspiration hollywoodienne et non, l’histoire du roman. L’adaptation n’a pas été facile mais Robbie et Gloria ont eu raison de mes sentiments.

Les femmes formidables à l’heure du choix, Alex Riva (Denoël)

chronique Les femmes formidables à l_heure du choix Alex Riva Denoël chick-lit service presseEmma, Alice, Andréa et Chloé ont commencé par ne plus savoir comment gérer leurs situations professionnelles ou personnelles, et ont déposé grève en Grèce. Revenues de leur voyage, elles ont mis en place leurs initiatives avec succès, à coup de force et d’investissement. Deux ans après leurs changements, que deviennent-elles ?

Cela aurait pu être une belle introduction pour l’émission C’est mon choix avec Evelyne Thomas, mais Alex Riva est plutôt dans la réalité. Sa fiction est très réaliste et vous ne pourrez vous empêcher de trouver des traits communs avec certain(e)s de vos ami(e)s. La professeur de communication maîtrise son sujet et nous ouvre les portes pour vous emmener avec elle auprès de ses personnages attendrissants et d’autres énervants (qu’elle aime chambouler un peu).

Emma s’est investie dans sa relation avec Mike, tout en tentant de gérer ses filles adolescentes aux regards bien opposés envers l’américain. Son ex-mari s’interrogeait sur la possibilité de s’installer en Australie, avec leurs filles et sa nouvelle compagne. Alice a lancé son deuxième restaurant et a dû apprendre à déléguer à Laurence, à cause de son cancer ce qui l’a rapproché de son mari. Andréa a épousé son compagnon et s’éloigné du barreau. Chloé, ravie de la prise d’actes de Thomas, a vu tout lui réussir après son accord d’évolution professionnelle.

Deux années plus tard, Emma se trouve Mike et son fils à San Francisco, tout en continuant à s’investir dans l’entreprise d’évènement avec Chloé et ses amies lui réservent bien des surprises. Alice développe toujours Ma cantine dans Paris. Elle peine à trouver un quatrième local et refuse d’appeler Olivier, pourtant son éloignement avec son mari s’approfondit. Andréa s’encercle des affaires judiciaires de ses amies mais, un accident de vélo peut avoir de lourde conséquence. Chloé pense avoir trouvé sa fonction idéale (en tant que femme, conjointe et chargée d’affaire) puis, tente désespérément de suivre le rythme avec sa sœur à l’hôpital et Emma à San Francisco.

Je tiens à remercier les éditions Denoël pour ce roman. Vous pouvez retrouver dans leur collection les deux premiers tomes déjà parus : La grève des femmes formidables et Quand l’imprévu s’en mêle. Les couvertures d’Esther Pailhou et illustrations d’Angéline Mélin sont magnifiques. La révolution naît à partir de changements, à vous de les créer.

Le sauveur, Thierry Jaëglé

chronique Le sauveur Thierry Jaëglé science-fiction simplementDans la première décennie du troisième millénaire, les attentats se sont enchaînés dans le monde. Plus personnes ne croyaient en la rémission du terrorisme. En 2034 naquit le sauveur.

Suite aux divers attentats, Barcelone réussit à relancer son économie ; enfin, mieux que le reste de l’Europe. L’Espagne, les catalans et les basques s’allient pour créer une alliance et devenir une nouvelle puissance politique. Au cœur de cette bataille politique et sans y prendre goût, Thomas Laedge construit son avenir. Depuis qu’il est petit, Thomas entend une voix, lui narrant ce qu’il va se produire de pertinent dans sa vie. Les parents et le frère aîné de Thomas perdent la vie dans un accident de la route.

Vous l’aviez pourtant prévenu de ce qu’il se passerait. Thomas part chez son oncle pour le reste de son adolescence, puis rejoint Barcelone dès qu’il atteint l’âge adulte pour espérer s’en sortir dans ce contexte économique précaire. Vous aidez Thomas dans ces choix pour son travail. Il va produire en équipe avec Julian et Alaïs la bande dessinée annonçant la fin du monde. Vous savez que ce sera bientôt le cas, que la Terre est à l’aube de prendre un grand tournant alors vous décidez de prendre contact avec Thomas et de lui donner des indices.

Thierry Jaëglé n’en est pas à son premier roman. L’auteur se livre à lui-même et à son public grâce à ses livres. Le sauveur est son troisième récit. L’auteur a d’ailleurs reçu plusieurs prix pour ce livre. Je dois dire que je ne le connaissais pas avant et que je suis ravie de l’avoir découvert. L’auteur sait jouer de son petit effet et vous initie en prose à son aventure.