La rencontre du dernier espoir, Kelley York (Pocket Jeunesse)

chronique la rencontre du dernier espoir kelley york pocket jeunesse suicide watch banner

Vince voyage de foyer en foyer, sans trouver refuge. La vie ne le comprend pas. Les autres, encore moins. « Et si une rencontre pouvait tout changer ? »

Une rencontre ?

Vince se retrouve chez Maddie, après son n-ième déménagement en foyer d’accueil. Il se pourrait que ce soit vraiment la bonne cette fois. Maddie le comprend, est prête à investir en lui et souhaite qu’il aille à l’université. Vince, très timide, n’aime pas être avec d’autres personnes. Il déteste devoir faire des présentations devant toute la classe, juste pour être pointé du doigt comme le minable.

Sa nature dépressive ne l’encourage pas à montrer l’effusion de ses sentiments. Les psychologues lui recommandent de prendre des médicaments qui le rendent léthargique. Vince ressent peut être trop intensément les émotions et se retrouve à pleurer pour un rien, mais il vit. Alors que sa référente, Maddie, meurt lors de sa remise des diplômes, il se demande si ça vaut le coup de continuer à vivre, à se battre. En traînant sur Internet, il découvre le forum Suicide Watch, où les membres expliquent la manière et / ou l’heure dont ils vont se donner la mort. Deux personnes s’intéressent à Vince et à ses bagages. Et si une rencontre pouvait tout changer ?

chronique la rencontre du dernier espoir kelley york pocket jeunesse suicide watch

Un espoir ?

Kelley York est une auteure très impliquée dans ses romans. Elle est d’autant plus légitime qu’elle a, elle-même, vécu une partie de ses histoires pendant son enfance et son adolescence. Elle a réussi à se reconstruire, notamment grâce à sa femme. La place que l’auteure donne à la communauté LBGT permet de transmettre quelques réponses à son auditoire. En France, les publications de ces titres s’enchaînent mais pas dans le même ordre qu’aux Etats-Unis. La découverte se fait étape par étape.

Pocket Jeunesse nous livre le coup de cœur de ses employés. Lorsque Pauline Mardoc a découvert Suicide Watch (La rencontre du dernier espoir en version originale), elle a pensé qu’il représentait un énorme risque avec les sujets forts abordés. Après renseignements auprès de la community manager (de Pocket Jeunesse qui l’oriente directement vers un autre livre de l’auteure) et quelques vérifications, la directrice de collection accepte et démarche la publication. Saluons aussi le travail de Laurence Richard, qui a été spécialement engagé pour la traduction des romans de Kelley York (qui mieux qu’une psychothérapeute est capable de mettre les mots sur ces sujets si sensible). Vous ne pourrez faire qu’un seul reproche à la maison d’édition : ne pas avoir fourni le paquet de mouchoirs avec le livre.

Publicités

Les suicidées, Val McDermid (Flammarion)

chronique les suicidées val mcdermid flammarion polar banner

Une femme est retrouvée noyée dans un lac. Elle semble s’être suicidée malgré toutes les ecchymoses sur elle. Des milliers de personnes comptaient pourtant sur elle et l’aimaient comme une star.

L’influence sociale

Ces femmes envahissent les réseaux sociaux sous raison de féminisme et de liberté. Mais elles ne remplissent pas leurs rôles. Ceux-ci sont pourtant simples : s’occuper de leur famille et enfants, préparer le repas et être présente dans toutes les occasions. Mais elles préfèrent détruire les hommes, affirmer leur volonté de mieux faire et d’entraîner une vague de fans avec elles. Elles pensent avoir de l’influence, mais elles n’ont pas les épaules pour ça. Tout cela doit s’arrêter, telle est la pensée de l’homme qui regarde défiler les twittes de sa prochaine victime. Il est toutefois assez intelligent pour savoir qu’il ne doit se comporter comme un troll. Il serait alors repéré, tôt ou tard. Il est plus habile que cela. Ces femmes se suicident afin de ne plus subir toutes ces insultes et tous ces harcèlements continus.

chronique les suicidées val mcdermid flammarion polar

L’influence humaine

Val McDermid s’adapte et change de style. Tous les auteurs n’en sont pas capables ou savent mal le gérer, il est donc important de le noter. La romancière offre à son lecteur le savoir, en laissant quelques chapitres du point de vue du coupable pour vous faire comprendre son univers, ses pensées et tenter d’apprécier sa culpabilité, son humanité. Le lecteur devient alors jury des affaires contenu dans le polar. L’auteure a une plume aussi touchante que l’écoute de la radio peut l’envahir de colère chaque matin.

La traduction menée par Perrine Chambon et Arnaud Baignot est encore une fois majestueuse et envoûtante. Les éditions Flammarion ont de quoi être fières du couple de traducteurs. Les traducteurs connaissent les personnages récurrents de Val McDermid quasiment aussi bien que l’auteure car ils travaillent également sur chacune des enquêtes de Carol Jordan et Tony Hill. Il ne reste plus qu’à savoir si le prix du Quai du polar acceptera de reconnaître la dernière reine d’Ecosse.