Chamans, Jean-Pierre Moya (Underground)

chronique chamans jean pierre moya underground fantasy banner

Vous êtes lié à votre âme, mais votre âme n’est pas immortelle. Lorsque vous rêvez, cauchemardez, vous la transportez avec vous et elle risque de se faire tuer.

Sept mondes

Lorsque votre corps se repose, votre cerveau continue de travailler. Il en est de même pour votre âme. Votre âme vous accompagne absolument partout, vous collant à la peau. Toutefois, elle se décroche de vous quand vous vous mettez à rêver. Les rêves sont d’une puissance inimaginable. Ils peuvent vous apporter les réponses à vos questions, ou vous offrir des moments uniques. Ils peuvent aussi vous donner des cauchemars. Des bêtes, des monstres s’attaquent alors à votre âme. A vous de reprendre conscience rapidement avant qu’ils ne réussissent à vous avoir, à vous enlever votre âme, à vous tuer. Ces monstres en veulent à l’Humanité et ne cessent d’attaquer ces derniers temps.

Lors de ces voyages, vous vous retrouvez dans les mondes oniriques. En traversant l’ensemble de ces mondes, vous pourrez découvrir ce que signifie la grandeur d’âme. Le monde matériel et les mondes spirituelles sont autant impactés les uns que les autres. Au nombre de sept, chaque monde est dirigé par un chaman. Leur puissance leur permet d’avoir l’entier contrôle de leur monde. Des alliances devront se mettre en place afin de stopper l’envahissement de l’Humanité.

chronique chamans jean pierre moya underground fantasy

Un monde matériel

Normand de naissance, Jean-Pierre Moya s’investit dans les sciences pour essayer davantage de comprendre ce monde qui nous entoure. L’auteur cherche toujours à comprendre les limites du mystère. Il travaille d’abord dans la mécanique, l’électronique puis se dirige vers le monde créatif de l’ébénisterie, la photographie. Il part vers le soleil, en Guadeloupe, pour écrire tout ce qu’il a assemblé depuis son enfance après ses propres mondes oniriques.

Les éditions Underground ont de nouveau construit un magnifique livre. Les détails sont travaillés et Malric peut rester avec les loups pour continuer ces peintures tant que son réseau lui permet de nous envoyer ses arts. Mélange des cultures et des idéaux, la couverture – rien qu’à elle seule – montre bien la professionnalisation de la maison d’édition.

Publicités