Terrienne, Jean-Claude Mourlevat (Gallimard)

chronique terrienne jean claude mourlevat gallimard pole fiction fantasy banner

Anne est à la recherche de sa sœur. Une année s’écoule lorsqu’un message arrive enfin.

Parallélisme

Anne est une adolescente qui ne demande qu’une chose : retrouver sa sœur, savoir où elle est et comment elle va. Anne préfère que sa vie soit mise de côté mais tout comprendre à propos de la disparition de la sœur. Alors dès qu’elle reçoit un message lui donnant un tout petit indice pour la récupérer, elle n’hésite pas.

Elle part à destination de Campagne, une petite ville dans un autre monde. Ce monde ne supporte pas les personnes qui respirent. Les personnes qui vivent dans ce monde ont extrêmement peur de tous les germes, de toutes les bactéries, de tous les organismes vivants. Anne subodore que sa sœur est présente dans ce monde. Elle ne souhaite pourtant que la trouver et la ramener sur Terre.

chronique terrienne jean claude mourlevat gallimard pole fiction fantasy

Anticonformisme

Jean-Claude Mourvelat est un auteur anticonformiste. Après l’obtention de son baccalauréat, il part faire ses classes dans les grandes villes françaises – Strasbourg, Toulouse, Paris – et mondiales – Bonn, Hambourg. Il aura fallu plus 600 représentations de ses deux numéros clownesques pour qu’il s’attaque à la mise en scène d’autres pièces puis à l’écriture.

La réédition dans la collection Pôle fiction est travaillée. La mise en page vous laisse écouler les pages et les chapitres sans vous en rendre compte. Les éditions Gallimard ont vu le potentiel brillant de l’auteur. Les prix et les compliments ne cessent de pleuvoir sur l’homme aventurier. Allez à la découverte du monde parallèle où la respiration n’est plus.

Les derniers jours du paradis, Robert Charles Wilson (Folio)

chronique les derniers jours au paradis robert charles wilson science fiction folio banner

Cassie fait des crises d’insomnie depuis sa naissance. Ce soir n’échappe pas à la règle. De l’autre côté de la rue, un homme la regarde. Quand il traverse, une voiture à pleine vitesse le renverse…

Un paradis en paix

L’Amérique se prépare à fêter le centième anniversaire depuis l’Armistice de 1914. Il s’agit du plus long moment de paix sur le monde, depuis sa création. Il semble être naturel. L’humanité de la Terre n’est pas remise en question. Toutefois, quand on regarde d’un peu plus près, on s’aperçoit que quelques personnes ont des comportements discordants. Au fur et à mesure, il est devenu de plus en plus compliqué de les trouver. Maintenant, un seul élément rapide permet de les reconnaître : la couleur de leur sang.

Cassie pense que l’homme renversé est l’une de ces personnes. Elle sort de l’immeuble pour aller voir plus près. Sans se faire remarquer des voisins attirés par l’accident, elle s’approche de la victime. Son sang est vert. Il s’agit bel et bien de l’un d’entre eux. Cassie remonte à l’appartement aussi vite que la voiture a percuté la victime. Il était venu l’assassiner. Elle prend sa valise toujours prête au cas où, réveille son petit frère et part à la recherche d’une nouvelle zone en sécurité.

chronique les derniers jours du paradis robert charles wilson sf folio

Un paradis en mouvement

Robert Charles Wilson n’est plus un homme à présenter au monde de la science-fiction. Américain de naissance, il a migré vers le Canada pour sortir sa plus belle plume. Il y remporte de nombreux prix littéraires, dont le prestigieux Hugo pour Spin. A moins que vous ne le connaissiez par Les Chronolithes, un voyage dans le temps et les paradoxes à vous retourner la tête.

La collection Folio Science-Fiction comporte nombres de ces livres, si ce n’est tous (partagés chez les éditions Gallimard et Denoël). Le format poche est travaillé. La lecture est agréable et facile, a contrario de l’histoire qui vous demande d’imaginer un monde de paix centenaire. Une fois ce cap passé, il ne vous reste plus qu’à vivre cette aventure pleine de rebondissements et de questions essentielles.

La passe-miroir – Les fiancés de l’hiver, Christelle Dabos (Gallimard)

chronique la passe-miroir les fiancés de l'hiver christelle dabos

Ophélie vit sur l’arche d’Anima et a la faculté de lire dans les objets. Chaque personne de cette arche a une capacité spécifique. Les objets qu’elle touche ne vont pas lui révéler ce qui l’attend à son retour chez elle…

Une liseuse pas comme les autres

Ophélie aime sa solitude et éviter ses prétendants. Pour cela, son travail au musée en tant que liseuse est très important à ses yeux et lui permet une tranquillité quasi absolue. Toutefois, les doyennes (les mères responsables de la communauté) ont décidé qu’elle avait repoussé assez de futurs époux et qu’elle allait épouser un homme provenant de l’arche du Pôle. Ophélie va se renseigner auprès de son oncle, qui tient la bibliothèque de l’arche d’Anima. Elle espère trouver, parmi les voyages de ces ancêtres, quelques éléments afin de se renseigner sur son fiancé. La liseuse découvre quelques photos écœurantes d’animaux disproportionnés morts aux côtés d’individus imposants.

chronique le passe miroir les fiancés de l hiver christelle dabos

Un hiver chauffant

Christelle Dabos est une jeune femme qui a fait grandir son imaginaire au sein des hôpitaux. Alors qu’elle allait commencer sa vie de bibliothécaire, la maladie survient. L’écriture l’aide à évacuer tous ces moments puis, elle continue après être rentrée chez elle. Des amies voient ses écrits et la poussent à participer au concours Gallimard Jeunesse. L’auteure en devient la grande lauréate et son premier livre, un bestseller. Sa plume littéraire ravie et merveille le fantastique de son histoire.

Les éditions Gallimard Jeunesse ne se sont pas trompées en la choisissant. En effet, les écrits de Dabos plaisent à travers toute la toile. Les seuls commentaires « négatifs » sont la peur face à l’engouement des lecteurs. Les illustrations de Laurent Gapaillard sont magnifiques. Son crayon est à la fois léger et structurant. Les combinaisons de ces protagonistes vont vous faire passer un excellent hiver.

Le sel de nos larmes, Ruta Sepetys (Gallimard)

chronique le sel de nos larmes ruta sepetys wilhelm gustloff banner

Hiver, 1945. Vous êtes dans une forêt prussienne. Derrière vous, les russes sont à votre poursuite. Devant vous, les allemands ne rêvent qu’une seule chose : dorer leurs blasons en vous tuant.

Maîtrisez votre panique

La Prusse Orientale est recouverte de neige par ce froid glacial. Vous n’avez plus le choix, vous devez avancer. C’est une question de survie. Pourtant, mettre un pied devant l’autre se révèle difficile car vous êtes gelé et que vous ne mangez presque plus, pour ne pas dire pas. Des civils apparaissent. Vous en approcherez-vous ? Les laisserez-vous passer en espérant qu’ils ne vous ont pas repéré ?

La lituanienne Joanna peut vous aider avec vos engelures avec sa formation médicale. Florian est un prussien, poursuivi par les russes à cause de son père et recherché activement par le bras droit d’Hitler. La jeune polonaise Emilia a quitté son pays sur les conseils de son père et doit trouver un nouveau refuge pour se construire. En tant que bon allemand, Alfred s’est engagé dans les jeunes hitlériens pour soutenir sa patrie et les ferventes idées de la décennie de pouvoir d’Hitler.

Tous les quatre vont tenter de rejoindre la côte pour échapper aux atrocités de la guerre, se reconstruire et bâtir un futur dans leurs vies, où « chez moi » est une expression qui n’a plus de sens.

chronique le sel de nos larmes ruta sepetys wilhelm gustloff

Devenez le capitaine

La lituano-américaine, Ruta Sepetys, est une auteure qui aime trouver les histoires secrètes. Elle va piocher dans les fonds de tiroirs pour les mettre sous le feu de la lumière, tel le Wilhelm Gustloff. La cousine de son père l’a contacté après l’écriture de son premier roman car elle voulait partager avec elle cette histoire censurée. La Russie, comme l’Allemagne, n’avait aucun intérêt à ce que cette partie de l’Histoire soit connue du public.

Ces recherches précieuses ont fait revivre à toutes ces personnes la seconde guerre mondiale et leurs périples pour réussir à s’en sortir. L’auteure ne souhaitait pas simplement utiliser leurs histoires pour vendre son roman mais prendre conscience de tous leurs sentiments, leurs douleurs sibyllines et nous faire revivre et transmettre grâce à son style lumineux.

L’un des personnages de son livre a été repris de son premier roman. Son clin d’œil est à la fois un jeu pour ces lecteurs mais aussi un attachement personnel qui nous encre plus encore au Wilhelm Gustloff.

En France, l’auteure est publiée dans les livres jeunesses. Ce livre mérite d’être ajouté au programme collégien concernant la seconde guerre mondiale. Toutefois, la compartimentation française risque de lui jouer défaut. Les adultes, comme les enfants, toutes les nationalités doivent découvrir ce livre, cette histoire, cette auteure.