Concours anniversaire du blog : 3 ans

concours anniversaire du blog 3 ans

A l’occasion de l’anniversaire du blog, je vous offre un petit concours en accord avec notre passion primaire : la lecture.

Les cadeaux du concours

Soyons clairs, c’est tout ce qui nous intéresse pour le moment.

Premier cadeau : Les crayons de couleur par Jean-Gabriel Causse et quelques petites surprises l’accompagneront

chronique les crayons de couleur jean gabriel causse litterature flammarion

Deuxième cadeau : Fleur de tonnerre par Jean Teulé et un très joli marque-page

concours Fleur de tonnerre par Jean Teulé

Troisième cadeau : Fate’s fables par T. Rae Mitchell (en anglais, niveau : si vous êtes capable de dire deux, trois phrases dans cette langue alors tout ira bien) et de magnifiques marques-pages de la maison d’édition Underground

chronique Fate’s journey 1 Fate’s fables T. Rae Mitchell Kindle fantasy

Pour s’inscrire au concours

Les cadeaux ont l’air super sympa, mais comment faire pour réussir à les gagner ?

C’est très simple ! Je vous ai fait un petit questionnaire pour que ce soit plus facile (dans la gestion) : comment vous contactez et quel(s) cadeau(x) souhaitez-vous tenter de remporter ?

Le tirage au sort se fera le 1er Juillet. Si vous avez gagné, je vous contacterais directement pour s’organiser pour la livraison.

Publicités

IFICS – Tome 2 Fractured Innocence, Julia Crane (Valknut Press)

chronique IFICS Tome 2 Fractured Innocence Julia Crane Valknut Press science fiction banner

Retrouvez Kaitlin, la seule demi-robot, demi-humaine, programmer pour tuer et entraîner comme un super-soldat mais dont les sentiments échappent au contrôle d’IFICS.

Des sentiments

Après son adaptation, Kaitlin habite chez son petit-ami Lucas. Il n’est pas prêt à laisser partir pour sa première mission, ce pourquoi elle a été modelée, fabriquée et construite. Il ne veut pas qu’elle parte pour une durée indéterminée, ni qu’elle aille risquer sa vie. A la rigueur, il pourrait le supporter s’il avait le droit de l’accompagner mais il n’est pas accrédité pour faire cela. L’entreprise et le Professeur avait déjà eu beaucoup de mal à lui accorder de nouveau leur confiance après qu’ils aient appris la relation qu’il entretenait avec Kaitlin. Erik, le beau gosse et surtout le soldat en qui IFICS a toute confiance, l’accompagnera et la protégera face aux dangers, malgré son humanisme.

Kaitlin ne comprend pas les sentiments de Lucas, mais son corps si. Il la mène jusqu’à son petit-ami pour le rassurer et enfin, se diriger vers cette mission qu’elle attend depuis longtemps. Elle doit arrêter, par tous les moyens, Vance Dasvoik, un trafiquant d’êtres humains qui les utilise comme esclaves, voire esclaves sexuels pour lui-même et ses clients.

chronique IFICS Tome 2 Fractured Innocence Julia Crane Valknut Press science fiction

Une mission

Julia Crane maintient son style. Elle n’hésite pas à utiliser son personnage, Kaitlin, pour aller au cœur des événements, plutôt que de s’embêter avec maintes descriptions, comme le font ces collègues britanniques. Les descriptions présentes doivent faire le point d’une attention de votre part, car vous pouvez être certain(e) que l’autrice l’utilisera plus tard dans son roman.

L’éditeur Valknut Press a trouvé sa trilogie qui fait l’objet de toute attention. La couverture est toute aussi travaillée que les descriptions et adaptations qui sont apportées au corps de Kaitlin pour sa mission. La trilogie n’est pas encore traduite dans la langue de Molière, mais est facile à comprendre. Le vocabulaire technique de programmation et de sciences humaines n’a pas besoin d’être compris pour apprécier l’histoire. Les technologies apportent un plus appréciable.

J’avais seize ans et j’étais une meurtrière, Jean-Luc Espinasse (IS Edition)

chronique J’avais seize ans et j’étais une meurtrière Jean-Luc Espinasse IS Edition polar banner

Antoine Bogossian est un plongeur dans la ville phocéenne. Sa plongée matinale lui permet de découvrir un objet qui va le faire voyager.

Seize ans

Marseille est une très grande ville, mais Antoine aime son quartier plutôt retiré, rurale et surtout conviviale. Ici, chacun connaît tout le monde et tout le monde est capable de savoir où vous êtes à n’importe quel moment de la journée. Le nouveau Marseille a pourtant redéfini le paysage. L’arrivée du MUCEM (Musée des civilisations méditerranéennes) a changé la vie d’Antoine. Connaissant la valeur des objets et aimant l’histoire et les anecdotes, Antoine se retrouve propulsé en tant que chef de sécurité du musée national.

L’une des passions d’Antoine est la plongée. Au petit matin, il décide de se rendre à Pomèges, avec son pneumatique, pour aller cueillir quelques huitres dans les 25 mètres de profondeur. Au cours de la plongée, il est attiré par les profondeurs et continue sa descente. Il trouve une caméra portative de sport dans les 35 mètres. Le visionnage des vidéos lui montre une plongée bloquée dans un endroit qu’il reconnaît et un accident (de plongée). Il cherche à savoir si le plongeur est toujours en vie, via ses contacts et les réseaux sociaux. Une femme anonyme le contacte, lui annonce qu’il s’agit de son ami :  Christian Delbar et qu’il était à la recherche d’un trésor dont elle a les instructions de géolocalisation sur un carnet.

chronique J’avais seize ans et j’étais une meurtrière Jean-Luc Espinasse IS Edition polar

Une meurtrière

Jean-Luc Espinasse se repose maintenant après sa brillante carrière dans la publicité et le marketing. Dans le secteur de la presse quotidienne, l’auteur s’est attaché à mettre une empreinte plus volumineuse et moins régulière en s’attelant à l’écriture de romans. Il s’agit de son quatrième roman, après L’accident : aux confins de l’indicible, Le candidat et Intelligences (tous les trois publiés chez IS Edition).

Vous commencez à connaître les éditions IS. La maison d’édition marseillaise aime à publier des romans sur les terres où elle a été construite. Difficile de leur en vouloir, connaissant leur sujet, vous pouvez être sûrs que les descriptions de décors sont d’un réalisme à couper le souffle. En plus, l’auteur vous permet de visiter le nouveau Marseille, la capitale de la culture. On pense souvent à visiter une ville par ces musées et Jean-Luc Espinasse vous propose de la découvrir par ses fonds marins.

Neogicia Tome 3 – Contagion, Fabien Fournier (Olydri)

chronique Neogicia Tome 3 Contagion Fabien Fournier science-fiction fantasy Noob banner

Saly Asigar reprend sa vie normale, après son enlèvement de Memoria à Glacesang (dans le camp de la Coalition). Sa troisième année d’études dans l’école prestigieuse commence.

Virus

Quand vous êtes étudiant au sein de l’école Memoria, vous avez souvent besoin de déstresser, de vivre et de faire tomber l’adrénaline. Pour ça, rien de mieux que de se diriger vers la boîte de nuit la plus proche de l’école et s’éclater sur la piste de danse. Saly et ses camarades se sont promis de ne plus y aller – enfin, tant que leurs vies restent gérables. C’est le dernier jour de vacances avant la reprise des cours pour leurs troisièmes années de formation et ils comptent bien le vivre jusqu’au bout de la nuit, même s’ils seront fatigués pour suivre correctement les enseignements.

La formation commence fort, comme ils s’y attendaient. Loreley développe sa force et sa détermination de plus en plus. L’Empereur Lucans semble avoir trouvé une explication à ses résultats. Il pense que le psychisme de Saly est tellement développé et leur relation si particulière font qu’ils influent sur Loreley, et sur le reste du groupe aussi. Seulement un fléau se répand dans la ville de Centralis. Certains néogiciens semblent attraper un virus, qui les font saigner abondement en interne. L’analysium n’arrive pas à trouver ne serait-ce qu’un point commun entre les différents cas. Lors d’une course, Loreley s’arrête soudainement. Saly ne comprend pas son comportement puis la voit se mettre à saigner.

chronique Neogicia Tome 3 Contagion Fabien Fournier science-fiction fantasy Noob

Epidémie

Fabien Fournier n’est autre que le créateur de Funglisoft. Vous connaissez peut être mieux son entreprise sous le nom d’Olydri. L’inventeur du webmedia Noob ne tarit pas d’idées. L’auteur est en train de finir sa conceptualisation de la 3e phase de la série, tout en prenant des notes pour la 4e phase ensuite. Son nouveau record d’Europe de crowdfunding lui donne des ailes (plus grandes que celles des Sources).

Pour les non-adeptes de la web-série, le principal est de s’amuser. Neogicia n’est pas aussi humoristique : premièrement, parce que le rôle de l’héroïne – Saly Asigar – a été pensé pour la femme de l’auteur et deuxièmement, parce que vous êtes directement impliqué dans les romans Neogicia avec l’utilisation de la première personne du singulier. Dans ce tome, le recordman s’est pris au jeu et vous envoie chez l’ennemi pour vous torturer l’esprit. Reste à savoir ce que l’auteur va nous imaginer pour la suite de la formation de Saly.

Un secret halo de rose, Léonnic Asurgi (Premedit)

chronique Un secret halo de rose Léonnic Asurgi Premedit littérature banner

 

Ronan a peur que son inspiration soit partie définitivement. Alors il cherche par tous les moyens de la retrouver, même si celle-ci doit endommager la patience des autres.

Le secret polarisé

Ronan est un écrivain désespéré. Il va chez un psychologue pour tenter de résoudre son complexe de la page blanche depuis un an mais, sans effet escompté jusque-là. Georges Goulien, son psy, craque parce qu’il en marre d’entendre son patient se plaindre. Le médecin spécialisé le renvoie et lui recommande de partir. Grand littéraire, Ronan s’insurge quand son éditeur lui demande d’utiliser des mots que tout le monde peut comprendre et de respecter les codes pour qu’un livre se vende en masse.

Ronan est également agent immobilier pour compléter ses revenus, le temps de se faire connaître en tant qu’écrivain. Ce métier ne le passionne pas, mais il faut bien vivre comme dit l’adage. Habitant de Chantepie – nom d’une petite ville à la périphérie de Rennes -, Ronan s’intéresse fortement au seul phénomène incontournable des environnements : le rond-point de Chantepie. Dans la région, il y en a pourtant d’autres avec la même conception, la même architecture mais c’est celui de Chantepie qui, chaque vendredi ou samedi soir, envoie une voiture dans le décor.

L’écrivain se met en scène dans son roman, car il sait sa plume plus certaine avec cet effet : le personnage de Ronan est un jeune agent immobilier à la recherche d’une solution pour contrôler les statistiques mortuaires du rond-point de Chantepie. Son vœu se réalise, l’agent immobilier s’enrichie et la mairie renomme le rond-point en son honneur. Après une soirée, Ronan meurt sur le coup trépassant à son rond-point. Fier de ses écrits, l’écrivain envoie son livre aux maisons d’édition et part fêter avec son meilleur ami, Tristan, la nouvelle. Lors du retour, un terrible accident se déroule et Tristan décède immédiatement.

chronique Un secret halo de rose Léonnic Asurgi Premedit littérature

La région rose

Léonnic Asurgi n’est qu’un pseudonyme et anagramme de son propre nom. Au début, il s’agissait d’un jeu contre les certificats d’authentification, par la suite, le romancier a souhaité se cacher de sa famille, et enfin a gardé sa notoriété accomplie. L’auteur a déjà publié trois autres romans que vous pouvez facilement retrouvé : Moul€ Fric chez Editions Les 2 Encres, Si tu annules tout je reviens chez Lulu et Entre deux chaises chez Editions du Désir.

La vente de masse contre la vente de qualité, ce grand combat continue à perdurer. Les grandes maisons d’édition ont besoin de faire du chiffre, d’être rentable et d’augmenter le capital budget un maximum avec un minimum de moyen. Les petites maisons d’édition ont tendance à privilégier la qualité pour espérer se démarquer et envoûter plus de lecteurs. Les assaillants de la distribution et du commerce passent alors à l’attaque. L’auteur démontre ce complexe de manière inspirée et équivoque avec une profondeur intense.

Tremblement de cœur – Chantal au Népal, Sophie Rouzier

chronique chantal au népal tremblement de coeur sophie rouzier service presse banner

Chantal est une enfant adoptée, mais elle n’a toujours voulu qu’une chose : être comme tout le monde. Elle réalise son rêve en tant qu’adulte.

Un tremblement ciblé

Chantal a été adoptée à l’âge de deux ans par un couple français. Elle passe son enfance en Alsace, où ces moindres faits et gestes sont analysés du fait de son statut. Pourtant, Chantal ne fait rien pour attirer l’attention. Au contraire, elle aimerait que tous ces psychologues et suivi d’adoption la laisse tranquille. Après tout, Chantal est comme tout le monde, certes studieuse et ayant une forte tendance à préférer les livres aux relations humaines.

Après une vingtaine d’années, elle réussit à se faire oublier du système. Ces parents ont une auberge à Colmar et sont ravis de la femme qu’elle est devenue. Chantal aime à leur rendre visite, mais n’a jamais souhaité revenir dans son pays d’origine, ne serait-ce que pour le visiter. Alors quand ses collègues lui parlent de ses vacances, de son aide humanitaire plutôt que son tourisme et surtout, de son moment de gloire télévisuel suite à son interview au Népal, Chantal se retrouve totalement déstabilisée car, ce n’est pas elle face à la caméra. C’est sa sœur. Jumelle. Qu’elle n’a pas vu depuis l’âge de deux ans.

chronique chantal au népal tremblement de coeur sophie rouzier service presse

Un cœur gros comme le Monde

Sophie Rouzier est maintenant installée en Allemagne. Toutefois, elle a vécu (et continue de vivre) quelques aventures de globetrotteuses. Ses récits sont inspirés de ces voyages, de faits réels qu’elle a elle-même vu, réalisé et concrétisé, ou ses compagnons de randonnée. Dans sa propre collection, l’autrice a déjà publié un roman : Clara au Guatemala, en 2017. Elle réitère cette année pour un départ au Népal.

Quelques mois auparavant, j’ai lu le premier roman de l’auteure, je connaissais donc le schéma de la collection. Toutefois, il ne faut jamais s’habituer avec Sophie Rouzier, parce qu’elle s’amuse à nous surprendre, à nous envoyer dans nos retranchements, et à nous poser des questions sur notre condition humaine (familiale et sociale). Oui, c’est un roman « à l’eau de rose » (je déteste la traduction de chick-lit) et de road trip, mais ce n’est pas que ça et c’est pour ces raisons que vous ne pourrez pas lâcher les romans de Sophie Rouzier.

Dernier point important : je tenais tout particulièrement à remercier l’autrice pour sa confiance et sa générosité qui m’a envoyé et dédicacé ce service presse. Ces romans vous permettent de vous évader, voyager, découvrir ces terres dont vous n’aurez peut-être pas la chance de voir de vos propres yeux. J’avoue que j’aime prendre le temps de les lire puis faire des recherches sur Internet et visualiser les scènes décrites.

Silhouettes, Laurent Hunziker (Chez Lulu)

chronique Silhouettes, Laurent Hunziker Chez Lulu littérature simplement banner

Laurent Hunziker sort de l’ombre ces silhouettes. Au gré du vent, de ces rêves ou de la réalité, l’auteur nous livre son imagination.

L’aventure

Tout commence au début du 20e siècle, par un dimanche soir à Rochefort, où quatre jeunes hommes souhaitent bavasser tranquillement. Le temps de se raconter quelques histoires aux abords du lavoir, ils se font déloger pour plus de quiétudes. Alors ils remontent la rue principale et se dirigent vers les côtés de l’église. Augustin débarque en retard et est raillé par ses camarades pour son goût de la mode. Chacun a perdu au moins une personne de sa famille dans cette guerre mondiale. Pourtant chacun essaie de montrer fort. Augustin n’en peut plus de ses railleries et réclame un défi.

Au fur et à mesure des nouvelles, vous allez voyager en Thaïlande, à Bangkok, pour une paire d’escarpins, où le karma est bien plus entêté que n’importe quelle conviction. Vous pourrez refaire encore et encore ce grand débat, qui continue de séparer la France en deux : le pain au chocolat versus la chocolatine. Vous pourrez aussi voyager dans le temps et prendre les armes auprès des policiers sur les Champs-Elysées, ou devenir maestro à Barcelone pendant une nuit.

chronique Silhouettes, Laurent Hunziker Chez Lulu littérature simplement

Le changement

Laurent Hunziker s’est d’abord illustré en photographies. Puis, d’un coup de volant, il s’est orienté en tant que conducteur de bus au sein de la capitale française. Saxophoniste, il fait entendre sa musique dans plusieurs groupes, ce qui permet d’effectuer quelques déplacements, notamment vers les contrées de Jeanne d’Arc. L’auteur a publié son premier roman : En un rien de tant, en 2016.

Les éditions Chez Lulu permettent aux auteurs indépendants de trouver un moyen de publication à leurs créations. Laurent Hunziker nous fait part de son recueil de nouvelles. L’auteur fait preuve d’une grande littérature. Le romancier réinvente le monde avec ses quelques nouvelles. Le français, la grammaire, les allégories et métaphores n’ont plus de secrets pour lui. Vous volerez de surprises en surprises avec Laurent Hunziker.