Le savoir-vivre de la Parisienne… ou pas !, Laurence Caracalla (Grasset)

chronique le savoir-vivre de la parisienne ou pas Laurence Caracalla Grasset documentaire banner

Que vous soyez Parisienne de longue date, que vous allez le devenir, et même si vous le deviendrez jamais, ce guide est fait pour vous ! Pour rire et vous détendre (dans ces bouchons interminables).

Le savoir-vivre

Si vous ne le savez pas encore, la Parisienne n’a pas besoin d’être née à Paris pour être Parisienne. D’ailleurs, elle ne l’est souvent pas. Et oui, Parisienne avec une majuscule parce que personne ne va l’oublier sur son passage. Tout le monde sait la reconnaître à des kilomètres à la ronde, surtout quand elle « accepte » de passer le périphérique, mais comment agit-elle réellement dans son habitat naturel ?

La Parisienne connaît son quartier, les bons endroits où se montrer, où ne pas être vue mais ne vous fera jamais le plaisir de vous donner ces bonnes adresses. Des sentiments contradictoires accompagnent souvent la Parisienne. L’humour, par exemple, elle sait autant rire d’elle-même que des autres. Ou encore arrogante, vous n’existez pas, à ses yeux, si vous n’avez pas un sac-à-mains signé. Les écrivains, les scénaristes, même les acteurs (pensez à Scarlett Johansson) savent que la Parisienne est à part et qu’il ne faut pas la considérer comme le reste des Français.

chronique le savoir-vivre de la parisienne ou pas Laurence Caracalla Grasset documentaire

La Parisienne

Laurence Caracalla décrypte la Parisienne dans tous les lieux, dans tous les moments de sa vie et sous toute la météorologie. L’autrice n’en est pas à son premier guide de savoir-vivre, ce qui en fait une référente pour connaître les us et coutumes des bonnes manières. Laurence sait de quoi elle parle puisqu’elle est née et vit à Paris. Alors elle peut se permettre d’analyser, de critiquer et de se moquer de cette Parisienne, en qui chaque femme de la capitale se reconnaîtra (au moins en partie).

Les éditions Grasset transmettent un art de vivre avec ce petit guide. La maison d’édition voit grand et c’est on-ne-peut-plus plaisant. La mise en page est extrêmement travaillée de la couverture à la quatrième, en passant par les rabats contenant des quizz, et le contenu avec des dessins et un style humoristique mais juste. Les illustrations d’Aélie Molins ravissent les propos de l’autrice. Entre aquarelle et dessins colorés, la dessinatrice attire le regard autant qu’une Parisienne en stilettos un jour de pluie.

200 pensées à méditer avant d’aller voter, Françoise Fressoz (Omnibus)

chronique 200 pensées à méditer avant d aller voter Françoise Fressoz Le Monde Omnibus documentaire banner

Dans 46 jours, il faudra voter. Seulement le contexte actuel vous fait vous poser un millier de questions et aucun des candidats à la présidentielle ne semble y répondre.

Un pays aux 246 fromages

Alexandre Dumas disait dans le Comte de Monte-Cristo : « En politique, mon cher, vous le savez comme moi, il n’y a pas d’hommes, mais des idées, pas de sentiments, mais des intérêts. En politique, on ne tue pas un homme, on supprime un obstacle ». La société actuelle se dirige vers l’antithèse de cet extrait. Le peuple ne choisit plus son représentant par pour ses idées, ses intérêts. Il choisit l’homme (la femme), les sentiments qu’il/elle véhicule…

chronique 200 pensées à méditer avant d aller voter Françoise Fressoz Le Monde Omnibus documentaire

200 pensées, 200 explications, 200 pages

Françoise Fressoz est une journaliste et une éditorialiste du Monde, connue et reconnue. Mais elle est aussi critiquée par les nouveaux médias. Sans les écouter, elle continue d’évoluer et de nous expliquer les gestions de budget de l’état ou encore, les réformes. Sa préface rappelle l’art de la communication, du partage, de plaire et de convaincre. Les artistes sont soumis au vote, un(e) seul(e) sera choisi(e) pour être président(e).

Les éditions Omnibus existent depuis de nombreuses années. Elles se sont éprouvées avec la publication de l’ensemble de la collection de Georges Simenon (le tout en vingt-sept volumes). Depuis, Omnibus s’est spécialisé dans le genre classique principalement et de qualité. Cette œuvre de citations, de contextualisation et d’explications va vous faire méditer.

Allô la tour ? Y’a un bœuf dans le cockpit!, Simon Hayot (Mareuil)

chronique allo la tour y a un boeuf dans le cockpit simon hayot mareuil documentaire banner

Simon Hayot décide à la fin de ses études de suivre sa passion et devenir pilote d’avion. C’est le début des années 70, il n’a alors aucune qualification pour ça et tout va changer pour lui.

Un DC3 ou rien !

Du jour au lendemain, Simon prend sa vie en main. Il passe de « fils de » à « homme » en un claquement de doigts. Ses quelques contacts sur l’île antillaise lui permettent d’obtenir un accord : dès qu’il aura une autorisation de vol, il pourra travailler pour l’entreprise et voler. Alors le jeune homme embarque pour Miami et va apprendre à piloter. Quelques mois plus tard, lorsqu’il revient avec son autorisation américaine, l’aventure commence à bord d’un DC3. Les touristes n’ont plus qu’à bien se tenir parce que les pilotes connaissent le trajet par cœur et ils aiment mettre de l’animation dans la carlingue !

chronique allo la tour y a un boeuf dans le cockpit simon hayot mareuil documentaire

Un pilote audacieux

Simon Hayot est un pilote et un auteur pleins de talents. Heureusement pour ses lecteurs, ses expériences de pilote sont plus nombreuses et enivrantes que la courte distance sur laquelle il est capable d’atterrir. L’antillais réussit l’exploit de nous emmener avec lui dans son île natale et dans quelques-uns de ses voyages.

Le travail des éditions Mareuil est tout aussi imposant que les qualités de leur auteur. Le texte est à la fois aéré et dense. Quelques photographies de ce qu’ont vécu le pilote et ses acolytes sont rassemblées dans le livre. Le voyage envoûtera petits et grands, pilotes ou non, que vous ayez déjà volé ou pas.

Burn-out or Workaholic

chronique burn-out or workaholic banner

Une maladie psychologique, un mal être et un soi extérieur ou comment prendre conscience de votre état de santé en une nouvelle et une bande dessinée fabuleuses ?

Burn-out par Stéphane Fatrov

Salariée ou exploitée, c’est du pareil au même pour Véronique. Elle subit cette situation depuis bien trop longtemps dans son entreprise et récupère les pires dossiers. Un jour, elle oublie de prendre ses antidépresseurs. Il n’y a alors plus rien qui l’inhibe, la retient. Véronique découvre beaucoup de manières originales et surtout meurtrières de faire payer à ses collègues et ses supérieures.

chronique Burn-out Stéphane Fatrov workaholic

Stéphane Fatrov joue sur tous les types d’humour afin de faire comprendre aux lecteurs qu’un pétage de plomb n’est pas un acte anodin. Il ne suffit de continuer à essayer d’aller plus loin, de résister mais d’agir pour soi et pour les autres. L’auteur vous transfert des images choquantes afin de vous alerter, bien plus que tente de le faire l’Etat à propos de l’alcool et le tabac.

Workaholic par Rosalys et Morgan Magnin (Univers Partagés)

Anima est une célibataire trentenaire qui a tout réussi dans la vie. Enfin dans sa vie professionnelle, car sa vie personnelle est un vide sidéral. Analyste programmeur, elle est vite montée dans les échelons en un rien de temps. Son adrénaline est menée par le Coca-Cola mais un jour, elle défaille et rencontre le gardien de la Terre sacrée.

chronique Workaholic Rosalys et Morgan Magnin Univers Partagés burn-out

Le duo de Rosalys et Morgan Magnin est parfait. La bande dessinée permet aux lecteurs de comprendre le phénomène du burn-out, sans jamais utilisé le terme. Le coup magistral est porté par cet exemple qui démontre si bien qu’il n’est pas unique. Le format plaira certainement aux personnes lisant peu.

Si ces livres vous parlent ou vous font penser à quelqu’un, je vous invite à vous procurer et surtout, de consulter un médecin afin qu’il puisse parler de ce problème avec vous.

La montagne rouge, Olivier Truc (Métailié)

Chronique La montagne rouge Olivier Truc Edition Métailié banner

Le troisième tome de la police des rennes vient de débarquer dans votre librairie. Petrus Eriksson, le meneur de rennes, est phagocyté par la Cour Suprême, alors que les rennes vont entrer en période de rut.

L’héritage

Petrus Eriksson mène les six milles rennes et le groupe d’éleveurs jusqu’au bout de la Laponie. Lui, son équipe et les rennes ne cessent de se déplacer afin que les animaux puissent continuer de manger et que la flore puisse vivre. Seulement, les forestiers refusent de leurs laisser l’accès aux terrains qu’ils revendiquent, tout comme les propriétaires. Les Sami (les éleveurs de rennes) sont déterminés à prouver leurs droits de passage et d’utilisation des plaines.

Justina, l’une des aînées de la ville suédoise, suit pas à pas chacun des habitants, en plus de tenir le bilbingo (ou le drive-in bingo, à la façon américaine). Elle apprend, en même temps que le reste de la ville, que les Sami ont découvert un squelette dans le pré principal. Nina et Klemet, de la police des rennes, sont dépêchés sur cette affaire afin de l’identifier.

chronique la montagne rouge olivier truc édition métailié

Le voyage

Olivier Truc n’est pas seulement un auteur reconnu et titré de nombreux prix pour son premier tome sur La police des rennes. Il est aussi journaliste depuis trente ans et documentariste. Ses publications sur Le Monde (et Libération auparavant) concernent les pays nordiques, sa spécialité. Il appréhende son métier à la possibilité de partager avec ses lecteurs des moments, des événements inconnus. Sa plume très verbeuse vous permet d’imaginer chaque situation, chaque élément, chaque odeur. Cette enquête apprend une autre façon de penser, un autre système politique et une autre confiance entre êtres humains.

Les éditions Métailié ont été les premières à lui faire confiance et lui offrir une publication. Elles sont concentrées sur la littérature, la culture et le monde. Le filigrane fin est en total opposition aux dons d’auteurs que la maison d’édition découvre. La fondatrice, Anne-Marie Métailié, est l’une des premières fans de cet auteur français parti découvrir le nord de l’Europe. Son partage de la trilogie (pour le moment) de La police des rennes avec les lecteurs est grandement apprécié.

Le sel de nos larmes, Ruta Sepetys (Gallimard)

chronique le sel de nos larmes ruta sepetys wilhelm gustloff banner

Hiver, 1945. Vous êtes dans une forêt prussienne. Derrière vous, les russes sont à votre poursuite. Devant vous, les allemands ne rêvent qu’une seule chose : dorer leurs blasons en vous tuant.

Maîtrisez votre panique

La Prusse Orientale est recouverte de neige par ce froid glacial. Vous n’avez plus le choix, vous devez avancer. C’est une question de survie. Pourtant, mettre un pied devant l’autre se révèle difficile car vous êtes gelé et que vous ne mangez presque plus, pour ne pas dire pas. Des civils apparaissent. Vous en approcherez-vous ? Les laisserez-vous passer en espérant qu’ils ne vous ont pas repéré ?

La lituanienne Joanna peut vous aider avec vos engelures avec sa formation médicale. Florian est un prussien, poursuivi par les russes à cause de son père et recherché activement par le bras droit d’Hitler. La jeune polonaise Emilia a quitté son pays sur les conseils de son père et doit trouver un nouveau refuge pour se construire. En tant que bon allemand, Alfred s’est engagé dans les jeunes hitlériens pour soutenir sa patrie et les ferventes idées de la décennie de pouvoir d’Hitler.

Tous les quatre vont tenter de rejoindre la côte pour échapper aux atrocités de la guerre, se reconstruire et bâtir un futur dans leurs vies, où « chez moi » est une expression qui n’a plus de sens.

chronique le sel de nos larmes ruta sepetys wilhelm gustloff

Devenez le capitaine

La lituano-américaine, Ruta Sepetys, est une auteure qui aime trouver les histoires secrètes. Elle va piocher dans les fonds de tiroirs pour les mettre sous le feu de la lumière, tel le Wilhelm Gustloff. La cousine de son père l’a contacté après l’écriture de son premier roman car elle voulait partager avec elle cette histoire censurée. La Russie, comme l’Allemagne, n’avait aucun intérêt à ce que cette partie de l’Histoire soit connue du public.

Ces recherches précieuses ont fait revivre à toutes ces personnes la seconde guerre mondiale et leurs périples pour réussir à s’en sortir. L’auteure ne souhaitait pas simplement utiliser leurs histoires pour vendre son roman mais prendre conscience de tous leurs sentiments, leurs douleurs sibyllines et nous faire revivre et transmettre grâce à son style lumineux.

L’un des personnages de son livre a été repris de son premier roman. Son clin d’œil est à la fois un jeu pour ces lecteurs mais aussi un attachement personnel qui nous encre plus encore au Wilhelm Gustloff.

En France, l’auteure est publiée dans les livres jeunesses. Ce livre mérite d’être ajouté au programme collégien concernant la seconde guerre mondiale. Toutefois, la compartimentation française risque de lui jouer défaut. Les adultes, comme les enfants, toutes les nationalités doivent découvrir ce livre, cette histoire, cette auteure.

Seul sur Mars, Andy Weir (Milady)

Seul sur Mars Andy Weir Matt Damon

Réveillez-vous ! Vous venez de subir une décompression, votre combinaison est trouée d’une antenne logée dans votre buste et vos collègues viennent de décoller en urgence vous laissant seul sur Mars.

Pas le droit de paniquer…

Première mission, vous devez fermer votre combinaison. Deuxième mission, vous devez trouver de l’oxygène. Pendant votre inconscience, votre combinaison a comblé les manques et a dû utiliser beaucoup de ressources. Troisième mission, ne pas paniquer. Si vous le faites, vous êtes mort. Il va falloir ruser, trouver des alternatives et espérer. La prochaine mission sur Mars est dans quatre ans. Il faudra survivre jusque-là. A vous de jouer.

Seul sur Mars Andy Weir

… la NASA contrôle tout

Ce livre pourrait être l’affiche d’un jeu vidéo, ou un simulateur de la NASA pour ces astronautes. Pourtant, Andy Weir est l’un de leurs plus grands fans. Il n’a que 16 ans quand il commence à l’écrire. Accueilli très élogieusement par les critiques, Hollywood se mêle au projet et en créé un film d’une puissance héroïque. Trois genres s’entremêlent – la fantasy, la science-fiction et le réalisme. Cette pluri-culture frustre par son incapacité d’action, enivre par les découvertes, l’intelligence et le sang-froid et ravie par son positivisme et rationalisme.