Les crayons de couleur, Jean-Gabriel Causse (Flammarion)

chronique les crayons de couleur jean gabriel causse litterature flammarion banner

Les couleurs disparaissent du jour au lendemain. Il ne reste que du monde que du blanc, du noir et du gris. Quel chemin les couleurs ont-elles prises ?

Voir la vie en rose, le bonheur

Arthur est un parisien qui se défraîchit. Il était un grand commercial, tout lui réussissait. Et puis, du jour au lendemain, il perd sa confiance et n’est plus que l’ombre de lui-même… presqu’une épave, qui n’accepte pas sa défaite. Arthur s’apitoie sur son sort mais lorsque Pole Emploi l’envoie à l’entreprise Gustave Cluzel, il n’a vraiment pas l’intention de décrocher ce travail. Alors Arthur ne fait aucun effort et fait tout pour ne pas être embauché.

Pourtant, le patron de Cluzel n’a pas le choix. Il a besoin de redorer le blason de l’entreprise le plus rapidement possible et Arthur semble le plus qualifié. Arthur se retrouve à essayer de vendre les crayons de couleur de l’entreprise fabriqué en France, mais plus personne n’en veut. Les produits importés sont bien moins chers. L’entreprise fait faillite et les couleurs disparaissent au même moment. Comment retrouver les couleurs et la joie de vivre alors que tout n’est fait que de gris ?

chronique les crayons de couleur jean gabriel causse litterature flammarion

Ravir la couleur des sentiments

Jean-Gabriel Causse était publicitaire avant de devenir un spécialiste de la couleur. Comme Newton et sa pomme, c’est simplement en se versant involontairement du vin sur son T-shirt blanc qu’il a eu une révélation. Le T-shirt était maintenant rouge, mais est-ce vraiment de cette manière que les autres personnes autour de lui pouvaient le percevoir. La profondeur de la couleur a toute son histoire également. Imaginez donc une couleur caramel douce, vous n’aurez pas la même appréhension si vous savez que c’est la couleur originale des yeux de Mona Lisa. La perception de l’auteur lui permet ces divers voyages internationaux.

Les éditions Flammarion continuent sur sa lancée avec l’auteur, puisque c’est sa seconde publication. L’anti-héros est le véritable héros de l’histoire, malgré l’importance des personnages secondaires. Arthur change de vie pour retrouver les couleurs et le goût de vivre. Le lecteur accompagne les personnages, chacun pourra s’identifier dans un trait de caractère, ou un trait de crayon. Lire Jean-Gabriel Causse, c’est comme lire un Musso ou un Levy, ça fait du bien et vous continuez de lire juste pour connaître la suite ou parce que vous restez attaché aux personnages qui vous accompagne. Après ce roman, vous ne verrez plus les couleurs de la même manière !

Publicités

Une réflexion sur “Les crayons de couleur, Jean-Gabriel Causse (Flammarion)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s