Tangvald, Olivier Kemeid (Gaïa Editions)

chronique tangvald olivier kemeid gaia editions litterature rentree litteraire 2017 banner

Olivier Kemeid rencontre la famille Tangvald alors qu’il n’a qu’une dizaine d’années. Il ne cessera d’ici là d’être obsédé par eux et leur mode de vie hors du commun.

La famille Tangvald

Lors de l’un de ces voyages de vacances à la mer, Olivier a rencontré la famille Tangvald, accompagné de ces parents. Plus exactement, il a fait la connaissance de Thomas Tangvald. Il était déjà à l’époque, alors qu’ils n’avaient qu’une dizaine d’années chacun, un aventurier hors pair. Thomas avait déjà fait plusieurs fois le tour du monde en bateau, dans tous les sens, sans assistance et sans compétition. Il n’en tirait aucun profit et ne se sentait pas supérieur à n’importe quel enfant de son âge. Il avait à peine conscience que son parcours était atypique. Pour commencer, Thomas est né en pleine mer. Cet évènement provient du mode de vie de son père : Per Tangvald.

Per Tangvald a passé son enfance et le début de son adolescence en région parisienne, aux temps de l’entre-deux guerres et du début de la seconde guerre mondiale. Le début de cette guerre marquera sa libération. Plus besoin de rester enfermer entre les quatre murs de sa chambre, il peut enfin découvrir le pays et échapper aux coutumes de la bourgeoisie. Suite à ces nombreuses erreurs de ne pas réussir à devenir quelqu’un, son père l’inscrit à une formation de voilier. Cet événement sera le point de départ de toutes les aventures de Per.

chronique tangvald olivier kemeid gaia editions litterature rentree litteraire 2017

L’ami Tangvald

Olivier Kemeid nous offre une prose des plus artistiques. L’investissement de l’auteur ne peut être plus important. Il y a consacré sa vie, depuis son enfance et ce, jusqu’à la mort de son ami. Cette fois, c’est à son tour d’apposer l’épilogue à son roman posthume. Les parallèles entre le roman de Tangvald et celui-ci sont des ponts entre les bateaux des Tangvald et la terre de Kemeid.

Gaïa Editions est une maison d’édition aussi atypique que ces auteurs, à la recherche de voyages opportuns et originaux depuis votre canapé. J’ai attaqué ce roman comme le récit d’un voyage, d’une transatlantique. Il s’avère bien plus important que cela. Une traversée en solitaire, sans assistance et sans matériel technologique de localisation ne semble pas être un énorme exploit à sa lecture ; la vie en est tout autrement. Lisez l’épilogue avec My immortal d’Evanescence, interprétée par Lindsey Stirling, les émotions vont vite vous emporter.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s