Addict, Jeanne Ryan (Collection R)

chronique nerve addict jeanne ryan banner

Partez à la recherche de vous-même en réalisant des défis. Pour chaque défi réussi, vous recevrez le cadeau ajoutant plus de liberté à votre vie. Plus le défi est important, plus gros sera la récompense. Prêt à jouer ?

L’ addict du maquillage

Vee ne rentre pas dans les catégories des personnes qui pourraient jouer à Addict. Certes, les personnes de son âge est la cible du jeu. Elle aime la mode, accorde la beauté avec et fabrique son portfolio. Mais elle n’a pas besoin de se montrer à l’écran, faire grimper son taux d’adrénaline ou devenir une star. Non. Elle veut simplement que ces parents lui fassent à nouveau confiance et la laisse sortir avec ses amis.

Pourtant, lorsqu’une nouvelle publicité lui annonce qu’il reste encore des places pour la nouvelle émission du mois et que certains défis sont facilement réalisables, elle ne sait plus quoi faire. Histoire de rien arrangé, le beau Matthew vient la déranger pour avoir sa dernière retouche maquillage et l’encourager de ses yeux doux et de sa main distraitement posé sur sa cuisse.

chronique nerve addict jeanne ryan

L’ addict des manuscrits

Jeanne Ryan s’est repentie sur cinq manuscrits avant de décrocher cette publication et non des moindres, car celle-ci part directe en bestseller et est montée sur les grands écrans du monde entier. Ce n’est pas sans rappeler le film Author Anonymous avec Kaley Cuoco (Penny dans Big Bang Theory).

Le lecteur se retrouve en tant que voyeur. Il a toutefois l’avantage (ou l’inconvénient) d’entendre toutes les pensées d’un joueur (Vee). La surexposition, l’ampleur des événements ne sont jamais prises au sérieux par le public car il ne le vit pas. Avoir ce livre, ce jeu, ce point de vue font que vous vous retrouvez embarquer (de gré ou de force) avec les joueurs et leurs voyeurs. Lorsque vous poserez votre livre pour vous reposer (ou pour bosser), vous vivrez les instants pubs où on vous ressasse ce qu’il s’est passé dans le dernier épisode de la quotidienne de Secret Story et que vous tentez de deviner ce qu’il se passera dans celle de demain.

La traduction menée par la collection R fait voyager le lecteur dans le cyberespace d’ Addict. Le transport est agréable et réglé en quelques heures. Les transitions restent brutes comme chez le groupe Robert Laffont, mais sont harmonieuses avec la narration. Un sombre regret peut marquer le lecteur dans la couverture remastérisée semblable à l’affiche.

Le roman de Jeanne Ryan fait aussi écho à celui d’Amélie Nothomb dans Acide sulfurique. Cette auteure, qui inspire la haine ou l’amour sans demi-mesure, avait mis en scène une télé-réalité sur les camps de concentration avec un taux d’audience atteignant des pics faramineux pour le final. Les questions sur la télé-réalité, les jeux télévisuels restent toujours d’actualité. La surmédiatisation de notre vie nous mènera-t-elle au game-over ?

Publicités

Une réflexion sur “Addict, Jeanne Ryan (Collection R)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s