Un an après, l’état islamique est sur toutes les lèvres

charlie hebdo crayon vie

Je me souviens encore comment j’ai appris l’attaque du Charlie Hebdo. Une année s’est écoulée, et pourtant tout est toujours inscrit dans mes souvenirs. Dans mes cauchemars.

Un an et j’y suis encore

Je remonte du restaurant, je regarde mon téléphone portable par habitude. 12h47. Je découvre un SMS de ma colocataire, elle me demande si je vais bien, si je suis en sécurité et que je dois la prévenir de tous mes déplacements. Aussitôt, mes pensées s’inscrivent sur le téléphone pour lui répondre : « Je vais bien. Qu’est-ce qui se passe ? ». Elle m’apprend la terrible nouvelle : l’attaque de Charlie Hebdo et la fuite des personnes ayant commis ces atrocités. Mes collègues ne comprennent pas encore ce qu’il se passe, je m’arrête un instant puis, j’ai envie de courir jusqu’à mon bureau, au cinquième étage, pour en apprendre davantage. J’ai oublié une chose, un obstacle : les collègues. C’est à mon tour de leur expliquer et de faire le point sur la situation.

Je connecte mes données mobiles afin d’accéder aux réseaux sociaux, obtenir des informations coûte que coûte. Elles resteront connectées. Une semaine folle s’écoule, entrecoupée d’interventions, de recherches et de peurs. Je finis par craquer le vendredi lorsque j’apprends que la Police est en train d’évacuer tout le quartier de Porte de Vincennes. J’y habite. Je sais que ma colocataire est à l’appartement ce jour-là. Evidemment les SMS fusent. Elle a besoin d’être rassurée et moi aussi. Avant 16h, je négocie mon départ auprès de ma responsable. Je n’arrive pas à travailler. Après une heure de transport et une heure de marche, j’arrive chez moi. L’hyper-cacher vient tout juste d’être libéré. J’ai ma colocataire dans les bras, ma mère au téléphone, toutes les trois dans le même état : en pleurs après ces événements tragiques.

charlie hebdo un an nous sommes charlie

Un an et la vie change

Je suis certaine que, depuis les attentats de Janvier 2015, les hommes de l’ombre – comme on les appelle – ont déjoué plusieurs tentatives d’attentats. Malheureusement, au mois de Novembre, ils n’ont pas réussi ou n’ont pas eu le temps d’intervenir. On ne sait pas encore très bien. La Police Scientifique et Technique a rendu son rapport après un mois et demi. L’objectif était d’obtenir un maximum de victimes. Cette fois, l’état d’urgence est décrété et prolongé. La société craint pour sa sécurité. Les fouilles sont devenues courantes. Plus personne ne peut entrer dans une entreprise, dans un magasin sans avoir ouvert son sac et montrer une carte d’accès.

Je suis en train de préparer ma valise pour me rendre chez la famille pour les fêtes de Noël. J’ai peur. Je me demande ce qu’il va se passer. Tout le monde le sait : les fêtes sont synonymes de beaucoup de déplacements. Qu’est-ce qu’il va se passer ? Est-ce que l’Etat Islamique va attaquer à nouveau ? La France ? Un autre pays ?

Daesh nous fait peur parce que l’on sait qu’il est capable de tuer en masse et à n’importe quel moment. De plus, nous ne connaissons pas de nom de leader, de personnalité qui semble diriger un peuple à ces attaques. Daesh est répandu sur plusieurs pays et ceux depuis plusieurs dizaines d’années. Devons-nous continuer à vivre dans la peur ? Essayer de vivre normalement ? Tenter de faire face ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s